Destin de femme: Retrouver sa féminité - "Kari à la robe de bois"

Femme féerique dans forêt

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "KARI À LA ROBE DE BOIS" (conte norvégien)

 

Il était une fois un roi dont la femme venait de mourir. Il avait une fille belle et bonne. Il se remaria avec une reine veuve dont la fille était laide et méchante. La belle-mère et sa fille étaient très jalouses de la fille du roi en raison de ses qualités. Heureusement, tant que le roi restait au palais, elles ne pouvaient exprimer leurs sentiments. 

 

Ce conte est une variante de "Cendrillon", mais avec d’importantes différences. On trouve notamment un animal secourable, un "taureau magique" dont la fonction est primordiale.

L’héroïne est une princesse qui doit avant tout se réapproprier sa féminité perdue.

Au début du conte, elle vit avec le roi son père. Sa mère est morte et le roi se remarie avec une marâtre dont la fille est l’opposée de la princesse.

Départ du roi à la guerre

Un jour cependant, le roi entra en guerre et partit au combat. Se sentant libre, la reine priva alors la jeune fille de nourriture, la battant et la projetant dans tous les coins. Finalement, elle l’envoya garder les vaches. La fille du roi mena donc les vaches paître, à peine nourrie, tant et si bien qu’elle dépérit à vue d’œil, pleurant sans cesse.

 

Kari gardant vaches

 

Ce roi ne se préoccupe que de la guerre: il est en CONFLIT. Le principe féminin s’est perverti et transformé en quête de pouvoir et de toute-puissance. Le féminin et le masculin sont donc séparés, dissociés.

En l’absence du roi-guerrier, la princesse tombe sous la coupe d’une marâtre dont la fille est pernicieuse. Entourée de telles figures féminines, la jeune fille vit coupée de son sentiment.

La fonction SENTIMENT régit nos affects, notre « éros » (la faculté de relation, selon JUNG), notre capacité de créer des liens, de déceler ce qui est bon ou mauvais pour nous. Si cette fonction est entravée, elle est remplacée par autre chose: ici, il s’agit de la marâtre et de ce qu’elle représente.

Un sentiment affaibli ou inexistant chez une femme va être compensé par des aspects contraires, tels le prestige social, le pouvoir, la domination. Et, si le pouvoir l’emporte dans notre comportement, le sentiment ne peut plus se manifester. Car pouvoir et sentiment s’excluent mutuellement.

C’est pourquoi, dans les contes, les belles-mères sont souvent des femmes mondaines, artificielles, vaniteuses, jalouses, envieuses. 

Cette situation est donc très difficile pour Kari. La marâtre toute-puissante désire sa mort car elle représente une possibilité de restaurer le féminin nié et inexistant. Mais, au début, elle est dans une situation si douloureuse qu'elle parvient à peine à survivre: la marâtre la bat et ne la nourrit pas, ce qui l’affaiblit. 

Donc, elle fuit cet univers conflictuel en se réfugiant dans la nature. Elle s’évade dans son univers imaginaire jusqu’à ce qu’elle soit réveillée par la figure du taureau bleu.

Le taureau bleu

Parmi le troupeau se trouvait un grand taureau bleu qui était toujours très luisant et net. Un jour où elle pleurait, il vint vers elle et lui dit: "Je comprends ce qui te manque, même si tu ne veux pas me le dire. La reine est méchante avec toi et te laisse souffrir de faim. Mais ne t’en fais pas: dans mon oreille gauche, il y a une nappe; prends-la et étale-la et tu auras à manger tant que tu veux."

Aussitôt dit, aussitôt fait! Dès que la jeune fille eût étalé la nappe par terre, celle-ci se couvrit des mets les plus délicieux. À partir de ce jour, elle mangea à sa faim et reprit rapidement des forces et sa bonne mine.

 

Taureau bleu dans obscurité

 

Le taureau bleu est le premier soutien de Kari: il va la nourrir et lui permettre de survivre. 

Le taureau figure à la fois une émotion passionnée et une dimension spirituelle: il est une sorte de spiritualité instinctive. Il représente une masculinité primitive, puissante, violente. C’est le mâle impétueux, avec sa force incontrôlée et brute. Mais une personne consciente réussit toutefois à maîtriser celle-ci en chevauchant un taureau. 

Le TAUREAU est présent dans de nombreuses mythologies et religions: ZEUS s’est transformé en taureau pour séduire EUROPE; OSIRIS est représenté par le taureau APIS; dans l’Ancien Testament, DIEU est identifié au VEAU D'OR; en Inde, ÇIVA chevauche un taureau. 

Animal à la fois lunaire et solaire, il incarne également la fécondité.

Le taureau de ce conte est bleu, propre et net: sa couleur et ses qualités montrent qu’il est évolué, d’autant plus qu’il parle. En outre, il est doté de pouvoirs magiques, car il a de la nourriture dans son oreille gauche.

Sur le plan psychologique, le taureau représente un MASCULIN TRÈS POSITIF pour la princesse, un masculin qui a déjà évolué. Il a des capacités combattives et la sagesse d’un guide spirituel. Il représente donc un stade élevé du masculin chez une femme, le stade spirituel et l’élan vers la maturité, la plénitude et l'unité - l’individuation. 

La princesse dispose donc d’un masculin fort et positif qui a la faculté de lutter et de se battre dans une situation difficile. 

Fuite de Kari avec le taureau

La reine et sa fille en furent si jalouses qu’elles envoyèrent une servante surveiller la princesse. Elle découvrit le pot aux roses et en informa sa maîtresse. Sur ces entrefaites, le roi rentra victorieux de la guerre. La reine fit dire qu’elle était malade et soudoya le médecin pour qu’il rapporte au roi qu’elle ne pourrait guérir qu’à la condition de manger de la viande du taureau bleu. 

Le fille du roi et d’autres qui aimaient bien le taureau bienfaisant demandèrent sa grâce, mais rien n’y fit: la princesse alla rendre visite au taureau en pleurant, lui contant le triste sort qui lui était réservé. "Lorsqu’elle m’aura tué, fit celui-ci, elle te tuera également, aussi enfuyons-nous dès ce soir."

Ainsi partirent-ils le soir même: ils traversèrent de nombreuses contrées, et atteignirent une grande forêt de cuivre: arbres, feuilles, fleurs, tout y était en cuivre!

 

Arbre d'automne au milieu de troncs rouges

 

La marâtre ayant découvert le secret de Kari, demande au roi, de retour de guerre, de tuer le taureau bleu. Pour échapper à cette menace, le taureau emmène la princesse loin de cette atmosphère destructrice.

Il la conduit dans la forêt, c’est-à-dire dans l’inconscient collectif proche de Dieu et de la nature, un domaine sombre et primitif, où une extrême prudence est de mise.

La forêt profonde

Le taureau dit à la princesse: "Fais attention à ne toucher aucune feuille, sinon c’en est fini de moi et de toi, car ici habite un troll à trois têtes, à qui appartient la forêt." Elle fut très prudente, se courbant, repoussant les branches, mais la forêt devint si dense qu’une feuille fut soudain arrachée tombant dans sa main. 

 

Feuille d'automne rouge

 

Le taureau donne à Kari les conseils nécessaires pour éviter les problèmes, car ils vont traverser 3 forêts gardées par un terrible troll. Chacune des forêts est constituée d’un métal différent et à chaque fois, le troll a davantage de têtes. En outre, Kari ne doit absolument rien toucher.

Ne toucher à rien signifie ne pas entrer en contact avec la réalité, avec la vie, donc n’être pas vivante. Mais Kari, elle, est bien vivante, et elle recueille à chaque fois une feuille interdite.

La feuille représente l’aspect mortel et éphémère de l’être humain.

Sur le plan psychologique, cela évoque les femmes qui craignent tant le conflit qu’elles restent en dehors de la vie. Comme si elles n’avaient pas de qualités masculines ni de difficultés, comme si tout était harmonieux et parfait dans leur vie. Elles sont des princesses qui traversent des forêts périlleuses sans entrer en contact avec la vie et sa nature profonde. Elles n’établissent pas de lien avec la vie réelle, particulièrement sa dimension conflictuelle, mortelle, ambivalente.

Par conséquent, toucher et cueillir les feuilles consiste à entrer en contact avec cette dimension mortelle, ce qui met l'accent sur le conflit entre la mort et la vie, l’ordre et le chaos, l’ombre et la lumière.

Combat contre le troll

Le taureau en fut très affecté et s’écria: "Malheur, à présent, il va falloir que je me batte à la vie à la mort, mais lève la feuille bien haut et garde-la." Arrivés à la lisière de la forêt, ils aperçurent un troll à trois têtes qui demanda qui avait touché à sa forêt. Le taureau répondit que la forêt lui appartenait autant qu’à lui, et le combat s’engagea entre les deux. Il dura toute une journée, et le taureau finit par prendre le dessus. Mais il était très affaibli et couvert de blessures et demanda à la princesse de lui enduire le corps avec l’or de la corne que le troll portait sur lui; ce qui lui fit retrouver force et santé.

Reprenant leur voyage, ils arrivèrent à une forêt d’argent où tout était en argent. Le taureau prodigua à la princesse les mêmes conseils, lui disant qu’ici vivait un troll à six têtes et qu’il n’était pas de taille à se mesurer à lui. Mais malgré toutes les précautions prises par la jeune fille, une feuille fut arrachée lors de leur passage. 

 

Arbre d'argent

 

"Malheur! s’écria le taureau, il va falloir que je me batte encore une fois! Veille bien à garder la feuille et à la lever très haut." Le troll surgit et le combat s’engagea: il dura trois jours jusqu’à ce que le taureau eût le dessus. Mais il était très affaibli et le sang de ses blessures coulait à flot. Il demanda à la princesse de le frotter avec l’or de la corne d’or du troll, ce qui le ravigota.

 

Forêt lumineuse

 

Ils poursuivirent leur voyage jusqu’à ce qu’ils parvinrent à une forêt qui était toute d’or. Là vivait un troll à 9 têtes et sans une extrême précaution, en cas de combat, le taureau n’aurait pas le dessus cette fois-ci. La traversée fut une vraie torture pour la princesse qui se courbait en tous sens, évitant de toucher quoi que ce soit, mais la forêt devint si impénétrable qu’il était impossible de continuer. 

Soudain, sans s’en apercevoir, une pomme d’or tomba dans la main de la princesse. Elle se mit à pleurer et voulut la rejeter, mais le taureau lui conseilla de la garder. Alors surgit le troll à neuf têtes. Ils se jetèrent l’un sur l’autre, engageant un violent combat qui dura une semaine, à l’issue de laquelle le taureau acheva le troll. Mais il était en si piteux état qu’il ne pouvait plus bouger; il demanda à la princesse de le frotter avec l’or de la corne d’or du troll et recouvra peu à peu ses forces.

 

Pomme d'or-nature morte

 

Voyage intérieur de Kari

Kari fait ainsi un voyage intérieur périlleux dans l’inconscient, un voyage surnaturel où elle découvre ce qu’est la vie avec son aspect opposé, la mort. 

À chaque stade de ce voyage, a lieu une lutte sauvage et mortelle entre le taureau et le troll. Le combat est de plus en plus difficile, car dans chaque forêt, le monstre devient plus fort et puissant. Aussi, le taureau est-il de plus en plus blessé, voire exsangue à la fin. Mais Kari le soigne en l’enduisant de l’or du troll qu’elle a volé.

Psychologiquement, c’est le moi personnel et différencié de Kari qui émerge, avec le désir de vivre et de jouir de la vie, de s’affirmer en tant qu’être individuel, d’échapper du monde imaginaire pour s’incarner dans la réalité. 

 

Troll dans forêt obscure

 

Que signifie le nombre croissant des têtes des trolls? Le nombre 3 et ses multiples 6 et 9 sont masculins et représentent force et énergie. 

Le 3 est aussi en relation avec les trois métaux qui constituent les forêts: le cuivre, l’argent et l’or qui apparaissent selon un ordre croissant de valeur.

Le CUIVRE est changeant et s’altère facilement: il est le métal de Vénus.

L’ARGENT noircit et peut aussi s’altérer: il est le métal de la lune, donc féminin. 

L’OR est le métal du soleil: c’est l’or incorruptible et immortel qui résiste à tout. Dans la forêt d’or, ce n’est pas une feuille d’or que la princesse recueille mais une pomme d’or. 

Les pommes d’or ou balles d’or sont courantes dans les contes et mythes. Tout ce qui est rond est un symbole de la totalité psychique, du SOI. Pascal l’assimile à dieu: "Dieu est un cercle dont la circonférence est nulle part et le centre partout". Le SOI est à la fois la circonférence qui contient la psyché dans sa totalité et son centre.

Psychologiquement, ce voyage consiste à se confronter à l’inconscient et à l’intégrer: le troll en fait partie en tant que contenu archétypique dangereux.

Le troll est un esprit de la forêt que l’on trouve surtout dans les pays scandinaves. Il peut prendre de multiples formes: géant ou nain, humain, montagne, pierre, arbre, à la fois minéral et végétal, doux et violent, en fonction des conditions atmosphériques.

Psychiquement, le troll représente l’inconscience primordiale et chaotique. Dans ce conte, les têtes du troll sont des émotions dissociées et incontrôlées.

Le troll représente le masculin primitif et négatif de Kari: c’est un symbole de la mort. C’est pourquoi le masculin positif, le taureau, doit le combattre et le vaincre pour aider Kari à progresser.

Victoire et sacrifice du taureau

Sortant de la forêt, le taureau dit à la princesse qu’ils devaient encore aller plus loin: ils escaladèrent beaucoup de hautes montagnes. Un jour, le taureau demanda à la princesse ce qu’elle voyait: "Je vois un petit château à l’horizon, répondit-elle, très loin."

 

Château onirique

 

Ils continuèrent leur route et parvinrent devant une montagne avec une paroi rocheuse très escarpée. Le château était à présent tout proche. "Tu dois y pénétrer, dit le taureau à la princesse. Sous le château, il y a une porcherie où tu trouveras une robe de bois que tu mettras avant d’entrer dans le château; là, tu diras que tu t’appelles "Kari à la robe de bois" et que tu cherches un emploi. Mais d’abord, prends ce petit couteau et coupe-moi la tête, puis dépouille-moi de mon pelage et dépose-le sous la paroi rocheuse avec la feuille de cuivre, la feuille d’argent et la pomme d’or. Dehors sur la montagne, il y a un bâton; lorsque tu voudras quelque chose de moi, tu n’auras qu’à en frapper la paroi." La princesse ne put se résoudre tout d’abord à couper la tête du taureau, mais celui-ci l’assura que c’était le seul remerciement qu’il souhaitait, et elle finit par accepter.

Après avoir vaincu le troll, le taureau et Kari poursuivent leur voyage et parviennent à un château: le château sur la montagne, lointain, inaccessible, qui représente l’évolution et le but à atteindre.

Kari doit à présent retourner dans le monde des humains et sacrifier le taureau, son masculin animal et primaire, pour qu’il puisse se transformer. Le taureau s’est battu pour elle lorsqu’elle avait besoin de sa force physique: il peut donc mourir à ce qu’il a été pour renaître à une forme plus élevée. Il s’agit de l’humanisation de l’inconscient où la forme primitive du masculin va devenir un homme et continuer à aider Kari. 

Pour JUNG, ce processus est une impulsion qui pousse l’être humain vers son évolution et son individuation. Semblable à une voix intérieure qui l’exorte: "Je ne peux pas faire autrement, je dois aller là , je dois faire absolument cela." C’est un instinct sain qui nous sauve souvent des dangers qui nous guettent, une loyauté et une intégrité vis-à-vis de soi-même qu’il est impossible de trahir.

Mais cet instinct ne suffit pas pour progresser: l’être humain doit dépasser l’instinct et devenir conscient de ce qu’il est, de ses comportements et ses actes.

Kari doit donc sacrifier l’instinct sous sa forme animale: elle trouve le courage d’obéir au taureau, le tue et l’enterre, comme il le lui a indiqué, en 4 parties. 

 

Tête taureau bleu-Peinture

 

Dans les mythes et religions, le 4 représente souvent la prise de conscience d’un contenu inconscient. En enterrant 4 parties du taureau, Kari découvre sa nature véritable. Elle découvre que l’animal qui l’a aidée est un masculin positif en elle qui devient un protecteur et un guide.

Si elle n’avait pas tué le taureau, elle n’aurait jamais découvert cette figure masculine positive en elle. Et elle n’aurait pas progressé. Tant que le masculin reste inconscient, à un niveau primaire, instinctif, on n’en a pas conscience: il n’est pas humanisé; on n’évolue pas. Ce n’est qu’en tuant le taureau que le masculin va s’humaniser chez Kari. 

À partir de là, il ne représente plus seulement des émotions, des impulsions, des instincts, mais il devient un homme capable de parole, de conscience, de responsabilité. 

La femme a souvent des problèmes pour s’affirmer et trouver son identité: ses problèmes émotionnels et affectifs l’empêchent d’exister. Mais, lorsque le masculin est éveillé et humanisé en elle, elle est moins dominée par ses affects, ses pulsions brusques et irrationnelles qui la rendent fragile et vulnérable. Elle devient capable d’exprimer ses pensées avec clarté et objectivité, de chercher la solution de ses problèmes, de prendre sa vie en main.

Cela est un problème collectif pour les femmes, qui prend de plus en plus d’ampleur.

Kari et sa "robe de bois"

Lorsqu’elle eut terminé de faire ce que le taureau lui avait demandé, elle alla dans la porcherie, enfila la robe de bois et se rendit à la cuisine du château où elle demanda du travail. On l’engagea pour faire la vaisselle, ce à quoi elle s’attela avec courage.

Le dimanche, des visiteurs devaient venir à la cour du roi et Kari demanda la permission de porter l’eau pour la toilette du prince. Malgré les moqueries des autres, elle finit par obtenir la permission. En montant l’escalier, elle fit tant de bruit avec sa robe de bois que cela mit le prince en colère. Passant la tête par la porte, il refusa son eau et la lui renversa sur la tête. Elle repartit. 

 

Kari revient dans le monde des humains en toute humilité: elle devient servante dans le château d’un prince et accepte sa nouvelle condition avec confiance. 

 

Kari avec seau d'eau

Premier contact avec le prince

Le roi représentant la consciente collective, le prince est le renouvellement de cette conscience collective. 

Le prince se différencie du père de Kari, car il ne fait pas la guerre. Ne plus faire la guerre signifie qu’on a surmonté ses conflits. 

Sur le plan collectif, si on pouvait dépasser nos conflits et leurs causes toujours similaires, on pourrait peut-être cesser de faire la guerre: mais cela suppose qu’une majorité d’êtres humains aient surmonté leurs conflits personnels, ce qui semble utopique.

Kari, sur les conseils de son masculin-guide, doit revêtir une "robe de bois". Il s’agit d’une nouvelle épreuve: elle ne peut rencontrer le prince que dans une robe de bois. 

Au moment où elle est proche de son but, un nouveau problème se pose. La robe de bois symbolise la raideur et la maladresse. La maladresse particulièrement est une manifestation du masculin négatif chez une femme, qui se comporte alors comme un "éléphant dans un magasin de porcelaine".

La nécessité de porter cette robe de bois montre que Kari n’a pas totalement surmonté sa rigidité, qu’elle est encore "de bois". Elle n’est pas prête à une vraie relation avec le masculin, tout comme le prince d’ailleurs, qui se montre brutal et injurieux vis-à-vis d’elle. C’est l’attitude typique de l’homme face à une femme "de bois", mais c’est ainsi qu’il va la contraindre à changer.

D’autre part, cette "robe de bois" est une protection pour Kari durant son évolution et sa maturation intérieure. Cette situation correspond à une étape dans l’intégration du masculin où la femme est maladroite, froide, distante: collectivement, cela rappelle l’attitude des premières féministes.

Transformation de Kari

Peu de temps après, elle demanda la permission d’aller à l’église, ce qui lui fut accordé avec maintes hésitations et moqueries. Elle se rendit à la paroi rocheuse et la frappa de son bâton; un homme apparut alors et lui demanda ce qu’elle voulait. Elle souhaitait une robe pour aller à l’église; il lui donna une robe aussi lumineuse que la forêt de cuivre, ainsi qu’un cheval et une selle. Elle était si belle ainsi qu’en arrivant à l’église, tout le monde n’avait d’yeux que pour elle. 

 

Kari à cheval en robe rouge

 

En sortant, le prince la suivit, ferma la porte derrière elle, ne gardant d’elle qu’un gant. Comme elle remontait à cheval, il lui demanda d’où elle venait. "Du pays de l’eau pour la toilette!" répondit-elle. Comme il voulait lui rendre son gant, elle partit en disant: "Lumière devant moi, derrière moi ténèbres, que le prince ne voie pas d’où je viens!"

Kari et le prince

Grâce à son masculin-guide, Kari porte de magnifiques vêtements: sa beauté intérieure et sa conscience commencent à être apparentes, à se manifester extérieurement.

Le prince remarque Kari à l’église. Elle arrive à cheval somptueusement vêtue: elle maîtrise l’instinct, elle se maîtrise et elle maîtrise sa vie.

Elle fait preuve d’aisance, d’indépendance, de capacité à dompter son cheval. Et elle devient de plus en plus féminine avec le prince.

Toutefois, elle ne s’impose pas, mais se dévoile progressivement et se laisse découvrir et séduire. Elle lui lance des poèmes en le fuyant, lui faisant comprendre son manque de courtoisie avec finesse et ironie, mais sans agressivité

Psychologiquement, quand le masculin est bien intégré, une femme est capable d’aimer et d’avoir de l’humour: la revanche, la vengeance, l’agressivité, la violence sont canalisées par l’humour. 

Dans ce conte, c’est l’humour qui unit le masculin et le féminin et rend cette union humaine et chaleureuse.

Le prince, qui n’avait jamais vu un gant aussi ravissant, partit en voyage pour retrouver l’élégante dame à qui il appartenait, mais nul ne put lui dire où elle résidait.

Le dimanche suivant, Kari demanda à aller porter une serviette au prince et obtint la permission. Comme sa robe de bois fit encore beaucoup de bruit, le prince furieux lui arracha la serviette des mains et la lui lança à la figure en criant: "Décampe, toi, laideron! Crois-tu que j’aie envie d’une serviette que tu as tenue entre tes mains sales!"

Peu de temps après, le prince retourna à l’église. Kari demanda elle aussi à y aller: elle se rendit d’abord à la paroi rocheuse et le même homme en sortit et lui donna une robe plus belle encore que la première car elle était tissée d’argent et brillait de tous ses feux; elle reçut aussi un superbe cheval avec une couverture d’argent et une bride en argent.

 

Femme et cheval d'argent

Lorsqu’elle arriva à l’église, le prince se précipita vers elle pour l’aider, mais elle sauta de son cheval avec légèreté, disant que ce n’était pas la peine. Une fois encore, le monde entier n’avait d’yeux que pour elle. Lorsqu’elle sortit de l’église, le prince lui demanda d’où elle venait: "Du pays des serviettes!" répondit-elle en laissant tomber sa cravache que le prince ramassa. Puis elle rajouta en partant: "Lumière devant moi, derrière moi ténèbres, que le prince ne voie pas d’où je viens!" Et la voilà partie.

Le prince chevaucha en long et en large à travers le monde à la recherche de celle dont il était tombé amoureux. En vain. Le dimanche suivant, Kari demanda la permission d’aller apporter au prince un peigne qu’il avait demandé. Après avoir monté l’escalier à grand fracas, le prince lui arracha le peigne des mains et lui ordonna de filer. Kari se rendit à la paroi rocheuse et l’homme lui donna une robe encore plus belle, toute en or et en diamants et un beau cheval avec une couverture tissée d’or et une bride en or. 

 

Femme et cheval doré dans nature lumineuse

 

Arrivant en ce somptueux équipage à l’église, elle refusa à nouveau l’aide du prince en lui disant que son cheval était très docile. Durant la messe, tous regardèrent la princesse et le prince en devint encore plus amoureux. Pour pouvoir aider la princesse, le prince avait fait enduire le sol du porche de goudron, mais la princesse sauta par-dessus avec agilité. Une de ses chaussures d’or y resta cependant engluée. 

Reconnaissance de Kari

Le prince lui demanda à nouveau d’où elle venait. « Du pays du peigne! » lui répondit-elle. Lorsqu’il voulut lui rendre sa chaussure d’or, elle fit en partant: "Lumière devant moi, derrière moi ténèbres, que le prince ne voie pas où je vais!"

Le prince voyagea encore longtemps alentours à la recherche du "pays du peigne", sans le trouver. Finalement, il annonça qu’il épouserait celle à qui irait la chaussure d’or. Toutes les femmes du pays accoururent pour l’essayer, ainsi que la méchante belle-mère et sa fille: celle-ci réussit à enfiler la chaussure. 

 

Chaussure jaune verte fantastique

 

Mais elle était si laide que le prince avait du mal à tenir sa promesse. Au moment où ils se rendirent à l’église pour les noces, un petit oiseau se posa sur un arbre et chanta: "Un morceau du talon, un morceau du doigt de pied, la chaussure de Kari à la robe de bois est remplie de sang, ô malheur!" Vérifiant les dires de l’oiseau, tout le monde vit que de la chaussure suintait du sang. Toutes les suivantes et les servantes du château durent alors essayer la chaussure, mais elle n’allait à aucune d’elles.

"Mais qui est donc Kari à la robe de bois?" demanda le prince qui la fit venir. Sous les moqueries de tous, Kari apparut et essaya la chaussure qui lui allait parfaitement. Elle rejeta sa robe de bois et apparut dans sa robe d’or, portant l’autre chaussure d’or. Le prince la reconnut aussitôt et se réjouit. Il la prit dans ses bras et l’embrassa. Elle lui conta qu’elle était fille de roi et ils se marièrent.

Réalisation de sa destinée

Kari doit fuir le prince à trois reprises: à la fin, elle perd une chaussure, comme Cendrillon, ce qui permet au prince de la retrouver. 

Dans de nombreux contes, la chaussure permet de reconnaître la femme aimée, et de trouver "chaussure à son pied": la chaussure symbolise le rapport avec la réalité, la terre, la matière, le féminin.

Lors de leur dernière rencontre, Kari porte des chaussures d’OR, ce qui prouve que son rapport à la réalité est solide. Elle peut à présent laisser au prince quelque chose d’elle qui lui permettra de la retrouver.

Mais, à la fin, il y a une ultime épreuve à surmonter: c’est la raison pour laquelle Kari fuit le prince. Cette raison est la mère-marâtre qui la domine encore. Et avant de vivre sa vie, Kari doit se libérer de ses pouvoirs et déjouer ses ruses.

Sur le plan psychologique, une femme doit se libérer de la "sorcière" en elle, car celle-ci représente la soif de pouvoir et la volonté de puissance. Ici, elle est figurée par la fille de la marâtre qui veut prendre sa place en essayant la chaussure perdue et en parvenant à l’enfiler.

Si une femme désire un homme excessivement, cela peut réveiller en elle la sorcière avec sa soif de pouvoir et de domination. C’est pour cela que Kari doit fuir jusqu’à ce que la marâtre et le risque de céder à la toute-puissance soient totalement neutralisés.

À l’issue de cette dernière épreuve, Kari est une femme complète et individuée. 

Elle peut alors devenir reine. Elle est couronnée par un roi, de même que le prince est couronné roi.

Couple s'embrassant dans forêt

blog analyse contes marâtre libération épreuves psychologie Jung héroïne masculin négatif animal secourable

Précédent : Destin de femme: Vouée à rester "dans la lune" - "...   Suivant : Destin de femme: Masculin destructeur - "Le cheval...