Destin masculin: En proie aux forces obscures - "Le prince Ring"

Homme triste-Perugino

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DU "PRINCE RING" (conte norvégien)

 

Le "Prince Ring" est un conte norvégien (11è-14è siècle).

Le problème de L'OMBRE masculine y est posé de manière originale et intéressante, car le héros est confronté à la fois à une ombre positive et une ombre négative. 

A priori, notre "ombre" nous paraît négative, inquiétante, destructrice. Nous oublions souvent qu’elle peut aussi contenir des richesses précieuses et utiles. 

Lorsque l’on travaille à se connaître, on découvre d’abord son ombre qui correspond à notre inconscient personnel et ses contenus ignorés ou refoulés - tout ce qui réside "dans l’ombre".

Une exploration plus approfondie de soi fait surgir des symboles, des figures, des personnifications de cette ombre, qui sont toujours du même sexe que nous. Pour un homme, elles sont masculines, pour une femme, féminines. 

L’ombre est ce "double" intérieur auquel nous pouvons faire appel en cas de difficulté. C’est pour cela qu’il est important d’en prendre conscience. Car elle peut être négative et se retourner contre nous en cas de rejet, de refoulement, de négation. Mais si on l’accepte et si l’on parvient à l’apprivoiser et à en faire un ou une ami, elle peut être positive et devenir une force intérieure.

Chez l’homme, l’ombre est souvent incarnée par un personnage qui l’accompagne, lui met des bâtons dans les roues, le met à l’épreuve pour le faire échouer… Elle peut aussi prendre une forme animale, sous la figure d'un animal secourable.

Ces aspects obscurs de notre personnalité que nous craignons tant de découvrir en nous sont constitués d’éléments psychiques qui n'ont pas encore été vécus: des possibilités de vie, des potentialités, des talents ou facultés non développés, qui revêtent encore un aspect primitif car ils ne sont pas incarné.

S’ils restent inconscients, ces contenus peuvent s’unir dans l'inconscient et former une sorte de personnalité autonome, avec des complexes qui nous font souffrir sans que l’on connaisse le sens de cette souffrance. D’où l’importance d’entrer en contact avec eux.

L’ombre peut à l’évidence être collective. Dans ce cas, elle détruit les sociétés, crée des névroses et des psychoses collectives, des systèmes politiques décadents et négatifs, des dictatures, etc.

Les aventures du prince Ring

Ring, fils de roi, sorti chasser un jour, fut fasciné par la vue d’une biche fugitive portant un anneau d’or autour de ses bois. Lancé dans une poursuite sauvage, il chevaucha jusque dans un épais brouillard où il perdit toute trace de la biche. 

 

Biche au bord de l'eau la nuit

 

Le conte débute par une scène de chasse. Le prince Ring poursuit une biche, et cela va l’entraîner dans une longue aventure, aux multiples péripéties.

La forêt est un symbole de l’inconscient. Le héros est un prince dont la destinée est de devenir roi, donc de renouveler la conscience collective. Cependant, cette destinée est encore inconsciente puisqu’il se trouve égaré dans la forêt.

"Ring" signifie "anneau" en allemand. La biche porte aussi un anneau d’or sur sa ramure.

Elle est une figure féminine, mais une féminité animale non encore humanisée. Elle représente donc un aspect instinctif, non civilisé, du prince.

La biche est à la fois féminine et masculine, donc androgyne. Ses bois sont un attribut masculin, ce qui la rapproche du cerf qui est considéré comme immortel en raison de ses bois qui se renouvellent - comme le serpent.

Le prince ne réussit pas à attraper la biche. D’une part, il n’est pas prêt, d’autre part, elle n’est qu’une figure féminine primitive. 

Par conséquent, il se perd et se retrouve dans la solitude, c’est-à-dire dans un état d’introversion, d’introspection, de descente en soi. 

Le voyage sur la mer

Après avoir longtemps erré, il arriva sur une plage où il vit une vieille femme penchée sur un tonneau. S’approchant, il aperçut l’anneau d’or qui reposait au fond du baril. 

 

Femme sur plage

 

La femme, devinant son désir, lui suggéra de le prendre. Le tonneau possédait un double fond et plus il y plongeait, plus l’anneau paraissait éloigné. Lorsqu’il y fut à demi entré, la femme le fit basculer, ferma le couvercle et roula le tonneau dans le ressac. La marée descendante l’emporta.

 

C’est​ dans cet état d’introversion solitaire qu’il arrive sur une plage où il retrouve miraculeusement, au fond d’un tonneau, un anneau d’or semblable à celui de la biche. 

Une femme attire son attention sur le tonneau. On apprendra à la fin du conte qu’elle est une marâtre, la belle-mère du chien auquel elle a lancé une malédiction.

L’anneau d’or est à la fois rond et doré. C’est donc un excellent symbole du SOI - la totalité de la psyché.

C’est pourquoi il attire le prince dont le destin est de réaliser cette totalité, une oeuvre qui nécessite un long parcours initiatique.

La mauvaise mère

La belle-mère est un archétype de la mauvaise mère. Dans la psychologie de l’homme, elle représente la mère dévorante, destructrice, perturbatrice. En effet, lorsque le prince plonge dans le tonneau, la sorcière l’y enferme et le jette à l’eau.

Cet aspect archétypique de la belle-mère explique peut-être les relations négatives courantes entre les hommes et leurs belles-mères. Dès qu’un archétype s’éveille en soi et qu’on en est inconscient, on est possédé par lui et on en subit les aspects négatifs ou positifs. Ici, il s’agit d’une figure négative pour le prince parce qu’il n’a pas encore résolu son problème avec la mauvaise mère.

Précisons que ce problème n’est pas explicite dans le conte, car Ring, au début, semble n’avoir pas de famille ou une famille pour le moins absente. Mais le conte est centré sur les symboles féminins et maternels, ce qui permet de penser qu’il s’agit du problème initial du héros.

Le tonneau est un symbole maternel, en tant que contenant et par sa forme ronde. Être enfermé dans un tonneau signifie régresser dans le sein maternel et être dans une prison. 

Sur le plan psychologique, le prince est possédé par l’archétype de la mauvaise mère en lui qui veut l’isoler de la vie. Cependant, cette situation est malgré tout positive - comme pour Jonas dans la baleine - car elle lui permet de poursuivre son voyage.

 

Tonneau à la mer

Le couple de géants

Le tonneau flotta longtemps avant d’être rejeté sur un rivage. Ring en sortit et se trouva sur une île inconnue. 

 

Ile et son reflet

 

L’île est également un lieu où l’on est isolé et solitaire.

Elle est féminine. Nombreuses sont les îles où échouent les voyageurs: Ulysse sur les îles de Circé ou de Calypso, les îles mystérieuses, l’Atlantide…

 

Avant qu’il ait eu le temps de reprendre ses esprits, un énorme géant l’avait cueilli, par curiosité, et ramené avec soin chez lui pour distraire son épouse. Ces vieux géants étaient très affables et accordaient au fils du roi tout ce qu’il désirait. Le géant montra librement ses trésors au jeune homme, lui interdisant toutefois l’entrée de sa cuisine.

 

Couple d'ogres

 

Sur cette île vit un COUPLE DE GÉANTS sans enfant.

Le géant est associé aux phénomènes naturels. Il y a de multiples types de géants: les géants de l’orage, de la terre… Chez les Grecs, les premiers géants, les Titans, se sont révoltés contre Zeus qui les a confinés dans la terre.

Sur un plan psychologique, ils représentent des émotions et des énergies brutes qui rendent stupides. D’ailleurs, les géants sont souvent stupides, et on peut les duper facilement. Quand on est confronté à ce type de pulsions, on est submergé par elles et on devient aussi primaire et stupide qu’un géant. On est capable de dépenser une force "gigantesque" pour s’effondrer aussitôt après, mais on est aussi capable de déplacer des montagnes.

Ce couple de géants figure les parents du prince sous une forme archaïque.

En réalité, Ring n’a pas de parents, le conte n’en parle pas. Donc, les géants remplacent ces parents absents. 

Psychiquement, le prince régresse dans l’enfance et l’infantilisme. Les géants l’accueillent avec hospitalité et générosité, et lui donnent tout ce qu’il veut, ce qui correspond à l’enfance, et à la toute-puissance de l’enfant-roi qui obtient tout ce qu’il désire.

La chambre interdite et la transgression positive

Le prince ressentait une vive curiosité au sujet de ce qui était là. Il fut sur le point d’y pénétrer et s’arrêta. La troisième fois, il eut assez de courage pour regarder, et vit un chien qui l’appela à plusieurs reprises: "Choisis-moi, prince Ring, choisis-moi!"

Après quelque temps, les géants, sachant qu’ils allaient bientôt mourir, dirent au jeune homme qu’ils lui donneraient tout ce qu’il aurait choisi. Se souvenant de la supplication du chien, le prince demanda ce qui était dans la cuisine. Le géant, bien qu’à regret, y consentit. Le chien, qui se nommait Snati-Snati, sauta sur Ring, fou de joie, non sans effrayer quelque peu le prince.

 

Chien

 

Dans la maison des géants, se trouve une chambre interdite avec un secret dans laquelle le prince n’a pas le droit d’entrer: il s’agit de la cuisine.

La cuisine est le centre de la maison, et représente le centre de nos émotions, de même que l’estomac et ses activités.

La cuisine est également le lieu de transformation de la nourriture, de la matière. Elle est semblable à un laboratoire d’alchimie où l’on calcine les éléments, où l’on sépare ce qui est bon de ce qui est mauvais, c’est-à-dire des déchets.

C’est un lieu de transformation intérieure.

C’est dans la cuisine des géants que le prince découvre un chien appelé SNATI-SNATI.

Ce chien représente un double positif du prince qui est de l’ordre de l’instinct. Il répond spontanément à ses avances, ce qui signifie que l’inconscient ne s’oppose pas au conscient. Il n’y a ni résistance ni mécanisme de défense, donc pas de conflit entre le conscient et l’inconscient. Même les géants acceptent que le prince emmène le chien: là non plus, il n’y a pas de résistance de l’inconscient.

Le prince intègre donc quelque chose d’important. Il s’agit d’un contenu inconscient qui va l’aider dans sa vie future: son instinct.

Confrontation avec le double négatif

Ils se mirent en route vers le continent et parvinrent à un royaume. Snati-Snati conseilla au prince de demander au roi une petite chambre dans le palais où il pourrait passer l’hiver comme hôte.

 

Château irréel illuminé

 

Le roi le reçut bien, mais son ministre, Rauter, fronça les sourcils et son front s’assombrit de jalousie. Il persuada le roi de proposer un défi pour voir lequel, de lui ou du nouvel hôte, abattrait le plus d’arbres et réaliserait la plus grande clairière en un seul jour. 

 

Le prince et le chien Snati-Snati arrivent au château d’un roi: celui-ci a une fille mais pas de reine-épouse.

Il a aussi un intendant appelé RAUTER qui est immédiatement jaloux du prince et représente son double négatif, son ombre négative - Snati-Snati étant son ombre positive.

Le nom "Rauter" vient de "Rothut", qui signifie en allemand "chapeau rouge", une couleur qui évoque la violence des émotions qui sont en jeu.

 

Homme au chapeau rouge-Carpaccio

Epreuves imposées par le roi

Le prince est à présent confronté à son double obscur, l’intendant Rauter. 

Le prince Ring est bon et passif, et Rauter est cruel et rusé. Celui-ci figure les pulsions négatives dont le prince doit devenir conscient. 

Mais Rauter est également positif pour le prince, parce qu’il va l’entraîner dans de nouvelles épreuves. Paradoxalement, c’est grâce à l’énergie négative de Rauter que le prince Ring va devenir plus fort et combatif, ce qui lui permettra de conquérir la princesse et le royaume.

Ce conte pose le problème du MAL et la manière d’utiliser du mieux possible nos aspects obscurs. Si on les utilise de manière juste, cela peut avoir des conséquences positives dans notre vie.

C’est une conception tout à fait contraire à notre conception habituelle de la vie, où il nous faut toujours se montrer positif et lumineux, "positiver" ainsi qu’on le dit actuellement ou pratiquer en permanence la "pensée positive".

Nous avons des difficultés presque insurmontables à comprendre que le "mal en soi" n’est ni bon ni mauvais. De nombreuses choses dans la nature nous choquent et nous semblent cruelles, comme les animaux qui se dévorent entre eux, les catastrophes naturelles qui tuent, des épidémies qui déciment des populations entières… Et pourtant, il ne s’agit pas de "mal", mais d’effets de lois naturelles.

En fait, le mal est une énergie qui peut se mettre à notre service, à condition que nous en prenions conscience et l’utilisions intelligemment et avec justesse.

Rauter est envieux et jaloux, ce qui est considéré comme un "vilain défaut". Cependant, lorsque nous sommes envieux, cela signifie qu’il nous manque quelque chose que l’autre possède, et que nous devons l’acquérir pour nous réaliser. En conséquence, ce que nous considérons comme nos pires défauts et que nous ne voulons pas voir en nous, peut être positif.

Sur les conseils de Rauter, le vieux roi impose à Ring des épreuves insurmontables. Mais le chien Snati-Snati, l’instinct positif du prince, va l’aider à les résoudre.

Epreuve de l'abattage d'arbres

Snati-Snati demanda à Ring de se munir de deux haches et ils se mirent ensemble au travail. Le soir, Snati-Snati avait abattu une fois et demie plus d’arbres que le ministre. 

 

Arbres coupés

 

Couper des arbres dans une forêt pour créer une clairière est un progrès, une oeuvre civilisatrice. 

Le monde végétal correspond au corps dans ses relations avec l’inconscient. 

Il s’agit ici de mettre de l’ordre et de la clarté dans l’inconscient, d’y ouvrir une brèche pour que l’arbre ne cache plus la forêt.

Epreuve des taureaux

Alors, sur la demande pressante de Rauter, le roi ordonna à Ring de tuer deux taureaux sauvages dans la forêt et de lui rapporter leurs peaux et leurs cornes. Dans le combat, Snati-Snati secourut le prince et tua les taureaux avec férocité. Il les dépouilla de leurs peaux et leurs cornes, et le prince les rapporta au château où il fut grandement loué pour son exploit. 

 

Taureaux

 

La deuxième épreuve consiste à tuer le taureau.

Il s’agit d’un rituel visant à dominer nos forces instinctives sauvages en en prenant conscience. Le sacrifice du taureau est présent dans de nombreux mythes, comme le mythe de Gilgamesh.

À l’époque du conte, le but de la civilisation chrétienne était de dominer les instincts. Il fallait devenir plus conscient, et ce, au détriment de l’instinct.

Mais à notre époque, il serait bénéfique et efficient de réintégrer l’instinct, car nous sommes devenus trop cérébraux et rationnels.

Epreuve du trésor du roi

Ensuite, Ring eut à reprendre trois objets très précieux qui étaient en la possession d’une famille de géants habitant une montagne des environs. Ces objets étaient des habits dorés, un jeu d’échecs également en or et un lingot d’or pur. S’il parvenait à les rapporter au roi, il pourrait épouser la princesse et hériter du royaume.

Emportant un grand sac de sel, l’homme et le chien – Ring se tenant à la queue de celui-ci – entreprirent de grimper péniblement la pente abrupte de la montagne et, après bien des difficultés, arrivèrent au sommet. Ils découvrirent une caverne, et, regardant par l’ouverture, distinguèrent quatre géants qui dormaient autour d’un feu sur lequel cuisait un chaudron de bouillie de gruau. Ils jetèrent vite le sel dans le pot. 

 

Chevalier montant escalier dans nature

 

La troisième épreuve consiste à reprendre les trésors que les géants de la montagne ont volés au roi. 

La montagne est liée à la déesse-mère figurée par la géante-mère.

C’est une épreuve majeure pour le prince, car il doit lutter contre la mère et la sacrifier. 

On retrouve ici son problème maternel sous la forme d’une belle-mère archétypique. En effets, les trésors du roi sont bel et bien gardés par une terrible belle-mère géante.

Le moyen qui doit être utilisé est le sel, un symbole d’amertume et de tristesse. Mais c’est aussi un symbole de vitalité, le "sel de la vie". Donc, la vie sous tous ses aspects est nécessaire au prince Ring pour réussir cette épreuve.

C’est à ce stade que le prince amorce la quête de la totalité de son être.

En effet, les objets en or qu’il doit rapporter symbolisent la connaissance de soi. Pour réussir cette ultime épreuve, il a donc besoin de connaissance de soi, d’endurance et de fermeté.

Victoire du prince

Lorsque les géants se réveillèrent, ils se précipitèrent avec avidité sur leur repas, mais après quelques bouchées, la mère-géante, à l’aspect terrible, rugit de soif et demanda à sa fille de lui chercher de l’eau. Celle-ci accepta, mais à la condition d’avoir le lingot brillant. Après une dispute furieuse, la mère le lui céda à regret. 

 

Lingots d'or

 

Lorsque la fille sortit, le prince et Snati-Snati la noyèrent. Ne la voyant pas revenir, la vieille femme envoya son fils, qui obtint d’elle en échange les habits d’or. 

 

Robe d'or et d'argent

 

Lui aussi fut noyé. La ruse réussit aussi pour le mari, qui avait emporté le jeu d’échecs en or, à la seule différence que le vieil homme revint sous forme de fantôme et dut être abattu une seconde fois. 

 

Jeu d'échecs

 

Alors, le prince et Snati-Snati firent face à la terrible géante-sorcière. Comme le fit remarquer Snati-Snati, nulle arme ne pouvait pénétrer son corps: elle ne pouvait être tuée que par le gruau brûlant et un fer rougi au feu. Quand la sorcière vit le chien à l’entrée de la grotte, elle gronda: "Ah, c’est vous et le prince Ring qui avez tué ma famille!" Ils s’entraidèrent et, après une lutte terrible, parvinrent à la tuer. Après avoir brûlé les cadavres, Ring et Snati-Snati revinrent avec leurs trésors, et l’on fiança le prince à la fille du roi.

Conquête de la princesse et libération du chien

Le soir précédant leurs noces, le chien demanda à échanger sa place avec celle de Ring, de façon à coucher dans le lit du prince et celui-ci sur le sol. Pendant la nuit, Rauter, qui avait l’intention d’assassiner le prince, entra furtivement dans la chambre et, tirant l’épée, s’approcha du lit. Mais, quand il leva le bras, Snati-Snati sauta, le mordit et lui coupa la main droite. 

 

Sorcier vêtu de rouge

 

Au matin, Rauter accusa Ring devant le roi de l’avoir traîtreusement attaqué. Ring montra alors sa main coupée, encore crispée sur l’épée, et le roi fit pendre son ministre sur le champ.

Ring épousa la princesse, et, la nuit, il permit à Snati-Snati de dormir au pied de leur lit. 

Pendant la nuit, le chien retrouva sa vraie forme, celle d’un fils de roi également nommé Ring. Sa belle-mère l’avait métamorphosé en chien, et il ne pouvait être sauvé qu’en dormant au pied du lit de noces d’un fils de roi portant le même nom que lui.

Disparition de l'ombre négative

Une quatrième étape va mener le prince vers son accomplissement: le mariage avec la princesse et la libération de Snati-Snati.

En épousant la princesse, le prince intègre son féminin, et en libérant Snati-Snati, il intègre son ombre. 

C’est la condition pour que la situation se stabilise de manière positive.

Snati-Snati se métamorphose et se révèle être lui aussi un prince, le double de Ring. 

Il vivait sous la forme d'un chien car la totalité de l’être apparaît d’abord sous une forme instinctive ou animale avant de devenir humaine.

Le problème de l’instinct est souvent difficile à assumer pour les hommes. Comme ils sont dominés par leur mental et leur intellect, ils ont du mal à intégrer leur instinct positivement.

C’est un problème encore très actuel. Si, au fil des siècles, l’homme est devenu plus conscient, cela s’est produit au détriment de son instinct, de sa "nature". Et cela peut s’avérer très négatif, car les instincts rejetés, refoulés, non intégrés correctement se pervertissent et pervertissent la psyché et le comportement humain.

Enfin, en dernier ressort, le prince doit se débarrasser définitivement de Rauter, son ombre négative. 

Au début, Rauter lui a certes permis de faire ses preuves et de conquérir la princesse et le royaume, mais à la fin, il doit être éliminé.

Pourquoi? Le problème est ici complexe.

Certains aspects de l’ombre peuvent être assimilés et intégrés, mais d’autres doivent être rejetés car ils ne peuvent être assimilés par la conscience. Ils correspondent à des pulsions trop destructrices pour qu’on les conscientise et les humanise. 

On ne peut pas accepter et intégrer tout ce qui émerge de l’inconscient. Séparer ce qui peut être assimilé et ce qui doit être supprimé nécessite beaucoup de discernement et de subtilité. 

Rauter est l’exemple type d’une ombre destructrice et criminelle, car il veut assassiner le chien. C’est pourquoi il est démasqué et mis à mort par le roi.

Dénouement: la totalité

Dans ce conte, cette difficile intégration de l’ombre par le prince Ring se réalise en quatre étapes: l’emprisonnement dans le tonneau, la rencontre avec le chien positif Snati-Snati, la confrontation avec l’ombre négative Rauter, et enfin les épreuves imposées par le roi.

Au début du conte, le prince était seul. À la fin, il y a 4 personnages: les deux princes "jumeaux", la princesse et le roi.

Ces 4 personnages symbolisent la totalité - le SOI - que le prince a réalisée en lui.

 

Couple avec épée agenouillé

épreuves contes libération psychologie Jung héros double négatif animal secourable ombre masculine psychanalyse

Précédent : Destin masculin: Apprivoiser et libérer la "mégère...   Suivant : Destin masculin: L'homme et son double - "Fernand-...