Destin masculin: L'homme sauvage - "Jean-de-Fer"

Homme de fer

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "JEAN-DE-FER" (conte de Grimm)

 

Ce conte illustre le masculin sauvage, primitif, refoulé dans l'inconscient, que l’homme doit libérer et assimiler pour se réaliser.

Il y a quelque chose d'agressif dans la psyché masculine: mais cette agressivité peut se transformer et devenir positive. Car elle est une énergie qui permet à l'homme de s’affirmer, d’être combattif, de dépasser les épreuves de sa vie, d’être créatif...

La réalisation du masculin passe par l'intégration de l'agressivité. 

À l’opposé, le refoulement de l'agressivité s'avère très négatif, car cette agressivité refoulée va inéluctablement se projeter sur une victime ou un bouc émissaire extérieur: une personne faible, une femme, une catégorie sociale, une minorité ethnique…

Collectivement, cela produit des sociétés violentes, totalitaires, xénophobes, ou des sociétés qui accordent une importance excessive à la sexualité, car la sexualité et l’agressivité sont liées.  

Le refoulement de l’agressivité vient du fait que l’on a peur d’elle: il est donc nécessaire de la reconnaître, d’entrer en contact avec elle et de l’accepter.

C’est reconnaître et accepter l’homme sauvage en soi. Si l'on en fait l’expérience émotive et affective, notre conscience va évoluer et nous transformer.

IL est donc fondamental que l’homme prenne contact avec le sauvage, le primitif, l’archaïque qu’il recèle en lui, c’est-à-dire son ombre.

C’est l’unique voie vers la maîtrise de ces aspects obscurs. 

En effet, il n’est possible de maîtriser que ce que nous connaissons, ce dont nous avons conscience. De même que le refoulement de nos pulsions et instincts négatifs mène à la violence.

La forêt du roi frappée de malédiction

Il était une fois un roi qui avait une grande forêt près de son château, où courait du gibier de toutes espèces. Un jour, il envoya un chasseur tirer un chevreuil, mais celui-ci ne revint pas. 

"Il lui est peut-être arrivé malheur", dit le roi. Il envoya deux autres chasseurs le chercher, mais ils ne revinrent pas non plus. Le troisième jour, il fit venir tous ses chasseurs et leur dit: "Battez toute la forêt et n’abandonnez pas avant que vous ne les ayez retrouvés tous les trois." Mais ceux-là non plus ne revinrent pas. 

Désormais personne n’osa plus se risquer dans la forêt: elle resta plongée dans un profond silence et dans une triste solitude. Cela dura de nombreuses années. 

 

Arbres sombres-Rousseau

 

Le roi de ce conte a un problème très étrange: ses chasseurs et leurs chiens disparaissent mystérieusement dans sa forêt. À tel point que la forêt devient tabou et interdite à tous.

Psychologiquement, cette situation signifie qu’une partie de la vie intérieure est morte, inutilisable, refoulée dans l’inconscient. Ce qui provoque un appauvrissement de la conscience, une régression, une dégénérescence. 

Le roi a donc un grave problème avec son ombre qu’il ne veut pas voir et refoule.

Disparition des chasseurs du roi

Chasseurs

 

Ce problème se manifeste par la disparition de tous ses chasseurs. 

La chasse est l'une des activités les plus anciennes de l’homme. Elle est aussi une activité rituelle et a une dimension sacrée. Dans les sociétés traditionnelles, les hommes portent les masques des animaux qu’ils chassent, pour s’approprier leurs facultés et les attraper.

La chasse est une activité masculine, à part quelques exceptions: les femmes ne chassaient pas dans les sociétés anciennes. En Occident, la chasse est devenue un divertissement, et les femmes des classes supérieures se sont mises à chasser.

Dans ce conte, la chasse représente donc la primitivité et la sauvagerie refoulées du roi.

D’ailleurs, le roi ne chasse pas lui-même, ce qui confirme ce refoulement. Ce sont ses chasseurs, ses domestiques, qui agissent à sa place.

Les "domestiques" représentent des fonctions qui nous aident à réaliser ce que nous devons réaliser. Ici, il s'agit des fonctions instinctives du roi devenues déficientes et impuissantes, qui disparaissent dans la forêt.

En tant que symbole de l’inconscient, la forêt est un lieu sauvage, mystérieux, ambivalent comme la vie, qui peut être source d’angoisse ou de bonheur, selon le contexte et la relation que l’on a avec elle. Les peurs ressenties dans la forêt représentent la peur de l’inconscient et de ce que l’on peut y découvrir de primitif, d’inconnu, d’irrationnel.

Le roi est donc coupé de sa vraie nature, de la source de vie en lui. Il n’est plus vivant intérieurement. Et la forêt devient dangereuse pour tout le monde.

Son conscient est dominé et possédé par l’inconscient.

Découverte de Jean-de-Fer, l'homme sauvage

Un jour, un chasseur étranger se présenta au roi. Il cherchait une situation et s’offrit à aller dans la forêt dangereuse pour voir ce qui s’y passait. Le roi ne voulut y consentir mais le chasseur insista: "Sire, je le ferai à mes risques et périls, je ne crains rien."

Le chasseur se rendit ainsi dans la forêt avec son chien. Aussitôt le chien voulut se lancer à la poursuite d’un gibier. Mais à peine eut-il fait quelques pas qu’il fut pris dans un bourbier profond, et un bras nu sortit de l’eau, l’empoigna et le tira au fond. Le chasseur vida la mare avec des seaux. 

Quand le fond fut dégagé, il découvrit un homme sauvage qui y était couché: brun de corps comme du fer rouillé, ses cheveux lui couvraient le visage et lui tombaient jusqu’aux genoux. 

 

Psychologiquement, le roi doit trouver en lui une force nouvelle et inconnue pour affronter son problème. 

Et c’est le chasseur étranger qui va endosser cette fonction et découvrir la cause de ce problème. Il fait vider la mare où son chien a été enlevé par un bras et y découvre un homme stupéfiant.

Il s’agit d’un HOMME SAUVAGE, couché au fond de la mare, qui a enlevé tous les chasseurs du roi.

 

Homme sauvage couché à terre

Emprisonnement de Jean-de-Fer

Il le ligota et l’emmena au château où le roi le fit mettre dans une cage de fer dans sa cour, défendant à quiconque d’ouvrir la porte de la cage sous peine de mort. La clé elle-même fut confiée à la garde de la reine. À partir de ce jour, tout le monde put aller librement dans la forêt.

 

Porte de prison ouverte

 

Cet homme sauvage s’appelle Jean-de-Fer.

Il représente l’ombre du roi, ses aspects primitifs et obscurs, ainsi que celle du prince plus tard.

Sa peau est brune comme du fer, d’où son nom. Le fer est un métal solide, dur, qui se rouille, un métal vulgaire, profane, contrairement aux métaux nobles comme l’or.

Il symbolise une force dure, sombre, impure.

Ses cheveux sont longs et abondants.

Ils représentent la force vitale instinctive, l’énergie brute, l’agressivité.

Dans notre civilisation, les hommes ont de plus en plus tendance à couper et raser leurs cheveux, c’est-à-dire à maîtriser ce qui subsiste de leur origine animale et de leur instinct en privilégiant ce qu’il y a en-dessous: le cerveau, l’intellect.

Ne sachant que faire de ce sauvage, le roi décide de l’emprisonner et de le "mettre en cage".

Le roi a peur de cette force primitive et ne veut ni ne peut la libérer. Il n’est pas assez conscient et fort pour l’intégrer. 

Sur le plan collectif, notre civilisation rationnelle, scientifique et technique a voulu maîtriser et contrôler totalement la nature. Elle l’a finalement surexploitée sans tenir compte des règles et des lois qui la régissent. Nous commençons à subir les conséquences de cette exploitation outrancière, de cette "mise en cage" de la nature.

De même que la nature, Jean-de-Fer possède de grandes richesses, mais le roi l’ignore. Il ignore que son ombre recèle des richesses qui pourraient enrichir sa personnalité et le faire évoluer.

Ce n’est pas en refoulant et emprisonnant nos instincts que nous devenons plus civilisés. 

Le christianisme particulièrement n’a pas eu l’attitude juste face à l’instinct et est allé trop loin dans ce refoulement. À ces débuts, il a pensé qu’il fallait supprimer l’instinct au détriment de l’humain, alors que c’est en reconnaissant et en acceptant nos instincts avec humilité que nous cessons d’être primitifs et devenons plus humains. 

Le fils du roi

Un jour qu’il jouait dans la cour, le fils du roi, qui avait 8 ans, laissa rouler sa balle dorée dans la cage. "Rends-moi ma balle! fit-il à l’homme sauvage. - Pas avant que tu ne m’aies ouvert la porte de ma cage, lui répondit celui-ci. - Non, dit l’enfant, je ne puis le faire, le roi l’a défendu!"

 

Mandala doré

 

Il revint le lendemain et réclama à nouveau sa balle. L’homme sauvage lui demanda une fois encore d’ouvrir la porte de sa cage, mais l’enfant refusa. Le troisième jour, le roi étant parti à la chasse, l’enfant revint et dit à l’homme sauvage: "Même si je le voulais, je ne le pourrais pas, je n’ai pas la clé." L’homme sauvage lui dit: "Elle est sous l’oreiller de ta mère."

Comme il voulait à tout prix sa balle, le garçon alla chercher la clé. Lorsque la porte fut ouverte, l’homme sauvage sortit de la cage, lui rendit sa balle et prit la fuite.

 

Clé ancienne

Jean-de-Fer est donc emprisonné, et la clé de sa cage est confiée à la reine - détail très significatif.

Cela signifie que l’ombre du roi, ses aspects sauvages et primitifs, sont contrôlés par la reine qui représente le féminin.

Lorsqu’un homme ne parvient pas à intégrer sa masculinité et a des problèmes avec sa virilité, il en confie souvent la responsabilité à sa femme ou à sa mère, se soumettant à celle-ci. 

De nombreuses femmes ont ainsi, inconsciemment, empêché leurs époux ou leurs fils de devenir des hommes conscients, virils et matures. Les femmes ont une grande responsabilité dans l’immaturité des hommes, car ce sont elles qui éduquent leurs fils.

Dans ce conte, le problème va être résolu par le fils du roi: comme souvent, ce sont les enfants qui doivent devenir conscients à la place de leurs parents, au prix de mille souffrances et épreuves.

Le petit prince a 8 ans au moment de l’emprisonnement de Jean-de-Fer.

8 ans est l’âge où l’on sort de l’enfance. Le chiffre 8 est la somme de 2 X 4. Le 4 représente la totalité de la psyché - le SOI. 

Le SOI est souvent figuré par ce qui est rond, comme la balle dorée qui établit le lien entre le prince et l’homme sauvage. Celle-ci représente la totalité de la psyché du prince, mais à l’état de potentialité, non encore accomplie.

Pour progresser, le prince doit faire ce que son père n’a pu faire, c’est-à-dire entrer en contact avec son ombre.

Le prince donne à Jean-de-Fer ce qu’il veut en échange de la balle qu’il a perdue: la clé de sa cage. Il vole la clé sous l’oreiller de la reine et libère Jean-de-Fer. 

L’oreiller de la reine est un endroit intime, personnel et protégé.

On peut en déduire que c’est "dans son lit" que la reine domine son mari, et le contrôle en contrôlant son instinct. Et c’est dans son lit que le roi est en sécurité, protégé de son ombre par la reine.

Ce fait précis amorce pour le prince le chemin de la maturité et l'intégration de son ombre. Il rompt avec le monde de l’enfance et celui de la mère. En volant la clé sous son oreiller, il se libère du pouvoir maternel.

Jean-de-Fer fuit avec le prince

L’enfant eut peur et se mit à le suivre en criant: "Ah, homme sauvage, ne t’en va pas, sinon je serai battu."

L’homme fit demi-tour, le souleva, le mit sur son dos et se dirigea vers la forêt. À son retour, le roi vit la cage vide et demanda à la reine ce qui s’était passé. Elle chercha la clé, mais ne la trouva point. Le roi envoya ses gens chercher l’enfant et battre la campagne, mais ils ne le trouvèrent pas. Alors, le roi devina aisément ce qui s’était passé et toute la cour demeura en grand deuil.

Arrivé dans la forêt obscure, l’homme sauvage descendit l’enfant de ses épaules et lui dit: "Tu ne reverras ni père ni mère, mais je te garderai auprès de moi, car tu m’as délivré et j’ai pitié de toi. Si tu fais tout ce que je te dis, tu seras bien traité. J’ai des trésors et de l’or en abondance, plus que quiconque au monde."

Le lendemain, il conduisit l’enfant à une fontaine et lui dit: "Vois-tu cette fontaine d’or claire et transparente; reste là et veille à ce que rien ne tombe dedans, afin qu’elle ne soit pas souillée. Je viendrai voir chaque soir si tu as bien exécuté mes ordres." L’enfant s’assit au bord de la fontaine où il vit apparaître tantôt un poisson d’or tantôt un serpent d’or, et il veilla à ce que rien n’y tombe.

 

Oiseau buvant à la fontaine d'or 

La fontaine d'or de Jean-de-Fer

Jean-de-Fer emmène le prince dans la forêt, c’est-à-dire dans les profondeurs de  l’inconscient.

Et c’est là que le prince découvre les richesses de Jean-de-Fer: une FONTAINE dont l’eau transforme en or tout ce qu’elle touche.

Le prince aperçoit dans la fontaine un serpent et un poisson d’or, deux animaux qui sont liés à l’immortalité et à la renaissance.

L’or renvoie à la balle du prince. C’est le métal le plus précieux, le métal parfait, solaire, royal, voire divin.

L’âge d'or est l’âge des débuts de l’humanité, l’âge paradisiaque. La véritable richesse de l'homme "de fer" remonte donc à l'âge d'or.

La fontaine rappelle la "fontaine de vie" du jardin de l’Eden, la fontaine de jouvence, d'immortalité, la fontaine d'enseignement. Elle symbolise la jeunesse éternelle et la purification. 

Dans ce conte, elle contient la fabuleuse richesse de Jean-de-Fer et sa faculté de transformation intérieure, car tout ce qui tombe dans cette eau précieuse se transforme en or.

Initiation du prince

Comme il était ainsi immobile, il ressentit soudain une douleur vive au doigt et sans le vouloir, il le plongea dans l’eau. Le retirant rapidement, il vit qu’il était tout doré et il se donna beaucoup de mal pour en ôter l’or, mais ce fut en vain. 

Le soir, Jean-de-Fer regarda l’enfant et lui dit: "Qu’est-il arrivé à la fontaine? - Rien, rien », répondit l’enfant cachant son doigt derrière son dos. Mais l’homme fit: "Tu as plongé ton doigt dans l’eau. Passe pour cette fois, mais garde-toi d’y laisser à nouveau tomber quelque chose."

Le lendemain, il surveillait à nouveau la fontaine. Son doigt lui fit encore mal et il le passa dans ses cheveux. Alors, par malheur, un cheveu tomba à l’eau. Il le retira aussitôt, mais il était déjà tout doré. Lorsque Jean-de-Fer rentra, il savait déjà ce qui s’était passé. "Tu as laissé tomber un cheveu dans la fontaine, je te le passerai encore cette fois, mais si cela se reproduit, la fontaine sera souillée et je ne pourrai te garder auprès de moi."

Le troisième jour, le garçon eut beau avoir mal au doigt, il ne le bougeait pas. Mais le temps commença à lui paraître long et il contempla son visage à la surface de l’eau. Comme il se penchait de plus en plus pour se regarder bien en face, ses cheveux trempèrent dans l’eau. Il se releva en hâte, mais toute sa chevelure était dorée et brillait comme un soleil. 

 

Pour le prince, le séjour près de cette fontaine est une étape initiatique.

Jean-de-Fer le soumet trois fois à une épreuve.

Le prince doit faire attention à ce que rien ne tombe dans l’eau pour que rien ne souille la pureté originelle de la fontaine et de l’homme sauvage: à savoir la richesse primitive de l’inconscient, encore potentielle et non réalisée.

Mais le prince ne parvient pas à préserver la pureté de cette eau. À chaque fois, une partie de lui entre en contact avec l’eau et se transforme en or: d’abord un doigt, puis un cheveu puis sa chevelure entière.

La chevelure d'or représente une grande force masculine. C’est grâce à elle que le prince sera reconnu plus tard par la princesse et qu’il établira un lien avec le féminin.

 

Épouvanté par ce qui était arrivé, il noua un mouchoir autour de sa tête, mais l’homme sauvage savait déjà tout. "Tu n’as pas soutenu l’épreuve, dit-il, et tu ne peux rester ici plus longtemps. Va dans le vaste monde, là tu apprendras ce que c’est que la pauvreté. Mais comme tu n’as pas mauvais cœur et que je ne te veux aucun mal, je t’accorde une chose: lorsque tu seras en danger, va dans la forêt et crie "Jean-de-Fer!", alors je te viendrai en aide. Mon pouvoir est grand, plus grand que tu ne crois, et j’ai de l’or et de l’argent en abondance."

Homme dans nature

 

Malgré tout, l’échec du prince lui est bénéfique. Renvoyé dans le monde des humains, il peut quitter la forêt, le monde de l’inconscient, pour poursuivre sa route vers la conscience et le monde réel. 

Par ailleurs, une telle richesse ne peut pas rester indéfiniment dans cet état de pureté originel.

Se confronter à son ombre, c’est accepter de perdre sa pureté et son innocence. C’est accepter l’ambivalence de la nature humaine. 

La transgression - même involontaire - est ici nécessaire pour qu’il y ait évolution. Sinon, le prince serait resté toute sa vie le gardien d’une richesse pure et désincarnée, inconsciente, sans pouvoir l’incarner dans la vie réelle. 

En outre, l’homme sauvage renvoie le prince en lui promettant son aide en cas de problème. Il n’est donc pas mécontent de lui, malgré ses échecs répétés. Car c’est lui qui l’a libéré et l’a suivi.

La cause essentielle de ce renvoi est le fait que l’homme sauvage a besoin du prince pour être réhumanisé et sauvé.

Psychiquement, l’inconscient a autant besoin du conscient que le conscient de l’inconscient. Cette "union des contraires" est extrêmement difficile à réaliser en soi. Mais c’est la voie juste pour devenir plus conscient, plus complet, plus mature.

Il s’agit ici d’une rédemption mutuelle du masculin. Le prince a besoin d’intégrer son ombre, sa dimension sauvage et primitive, et Jean-de-Fer doit cesser de vivre dans l’inconscient comblé de richesses qu’il ne peut pas utiliser.

Dès que l'on rentre en contact avec son ombre, et que l'on intègre certains de ses aspects, cette ombre perdue est retrouvée et "sauvée".

Dorénavant, elle fait partie de notre être, de notre humanité. C’ette partie perdue de nous-même va nous compléter, élargir notre vision du monde, nous aider. La plus horrible violence peut ainsi être transformée et sauvée si l'on en prend vraiment conscience. 

Retour du prince dans le monde réel

Le prince quitta alors la forêt et marcha jusqu’à ce qu’il atteigne une grande ville. Il y chercha du travail et alla au château, demandant si on voulait le garder. Les gens de la cour ne savaient trop à quoi l’employer mais il leur plaisait et ils le gardèrent. Un jour, le cuisinier l’envoya porter les plats à la table royale. 

 

Château dans jardin enchanté

 

Comme il ne voulait laisser voir ses cheveux d’or, il garda son chapeau. Le roi n’avait jamais vu telle attitude. "Il faut ôter ton chapeau quand tu sers à la table royale! lui dit-il. - Hélas, sire, répondit le garçon, je ne le puis, j’ai une vilaine teigne sur la tête." Le roi fit alors appeler le cuisinier, le réprimanda et lui demanda de chasser le garçon sur le champ. Mais le cuisinier eut pitié de lui et l’échangea contre l’aide-jardinier.

 

Le prince arrive à la cour d’un roi. Il doit encore dissimuler ses cheveux d’or sous un bonnet. 

Cette chevelure d’or représente son être véritable qui n’est pas encore arrivé à sa pleine maturité.

Il lui reste des obstacles à surmonter et à dépasser. 

Particulièrement la rencontre avec le féminin. Après son initiation par l’homme-sauvage, il est mûr pour découvrir le féminin.

Mais pour le rencontrer, ll lui faut d’abord travailler humblement et se mettre au service des autres. 

Il devient donc domestique à la cour: comme il ne veut pas ôter son bonnet devant le roi, il est renvoyé. Et il devient alors aide-jardinier.

Il se retrouve dans un JARDIN.

Le jardin représente le paradis et l’immortalité, correspondant au désir le plus irréductible des êtres humains.

Le prince-jardinier

Fleurs rondes sur tiges-Peinture

 

À présent, il devait planter et arroser le jardin. Un jour d’été qu’il travaillait seul, il eut si chaud qu’il ôta son bonnet. Quand le soleil tomba sur ses cheveux, ils se mirent à resplendir et à briller de telle sorte qu’ils lancèrent des rayons jusque dans la chambre de la princesse qui se précipita dehors pour voir ce que c’était. 

 

Femme dans chambre

 

Alors elle aperçut le jeune garçon et lui cria: "Gamin, apporte-moi un bouquet!" Il remit son bonnet en grande hâte, cueillit des fleurs des champs et en fit un bouquet. Quand il entra dans la chambre de la princesse, celle-ci lui dit: "Ôte ton bonnet, il n’est pas séant que tu le gardes en ma présence." Il répondit de nouveau: "Je ne peux pas, je suis teigneux!" 

Elle saisit son bonnet et le retira: alors ses cheveux d’or se déroulèrent sur ses épaules et c’en était superbe à voir. Comme il voulait s’enfuir, elle le retint par le bras et lui donna une poignée de ducats. Il s’en alla avec l’argent, mais n’en fit aucun cas et l’apporta au jardinier pour ses enfants. 

Rencontre avec la fille du roi

C’est dans ce jardin que la fille du roi remarque le prince et la lumière qui se dégage de ses cheveux d’or. Elle réussit à lui arracher son bonnet et est éblouie par sa chevelure. En échange, elle lui donne de l’argent.

L’or est un métal masculin et solaire, à l’opposé de l’argent qui est un métal féminin et lunaire. L’échange de l’or et de l’argent consiste donc en un échange entre le masculin et le féminin.

Toutefois, la princesse n’arrive pas à ses fins. À chacune de ses tentatives de se rapprocher du prince, celui-ci redonne l’argent reçu au jardinier. Ce qui montre à quel point son attitude est désintéressée. 

La "fille du roi" est en relation avec le roi qui représente la conscience collective. Dans ce conte, elle figure l'inconscient personnel féminin qui ne réussit pas à se libérer de l'inconscient collectif. Car son père l’en empêche. 

C’est alors que survient le "prince charmant", qui symbolise le masculin positif susceptible de la libérer de sa prison paternelle. 

La fille du roi est en effet prisonnière du roi son père. Elle ne peut pas choisir pour époux l’homme qu’elle désire. Celui-ci est soumis à une épreuve brillante et valorisante aux yeux du roi. 

Psychologiquement, la princesse est affectée par un complexe-père négatif: c’est son masculin négatif qui l’empêche de rencontrer un homme, comme dans de nombreux contes et dans la réalité.

Le masculin négatif chez la femme est également un problème collectif dans nos sociétés patriarcales où la femme a été dominée pendant des millénaires et "vendue" à son époux par son père.

 

Le lendemain, la princesse lui demanda encore un bouquet de fleurs des champs et quand il entra, elle se saisit de son chapeau pour le lui ôta, mais il le retint de ses deux mains. Elle lui donna une poignée de ducats, mais il ne voulut pas les garder et les donna au jardinier pour ses enfants. Le troisième jour, il se passa la même chose: elle ne réussit pas davantage à lui ôter son chapeau et il ne voulut pas de son argent.

 

Pièces d'argent anciennes

Nouvelle épreuve pour le prince: gagner la guerre

Quelque temps après, il y eut la guerre dans le pays. Le roi rassembla son peuple, se demandant s’il pourrait résister à son puissant ennemi. L’aide-jardinier dit alors: "Je suis grand à présent et je veux aller à la guerre, donnez-moi seulement un cheval." Tout le monde se mit à rire en disant: "Quand nous serons partis, cherches-en un, nous t’en laisserons un dans l’écurie."

 

C’est à ce moment que la guerre éclate. Un conflit naît au sein du royaume.

Dans ce conte, la guerre est un archétype et ne doit pas être considérée d’un point de vue moral. 

Il s'agit d'une nouvelle épreuve pour le prince: faire la guerre et rétablir la paix dans le royaume, ce qui est une manière pour le masculin de progresser.

Cela permet au prince d’intégrer son agressivité à un autre niveau, en agissant à bon escient pour rétablir la paix. Et cela lui vaut la reconnaissance du roi.

 

Quand ils furent partis, il alla à l’écurie et fit sortir le cheval qui boitait et traînait la jambe. Néanmoins, il l’enfourcha et se dirigea vers la forêt. Arrivé à la lisière, il cria par trois fois "Jean-de-Fer!" Aussitôt l’homme sauvage apparut et lui demanda: "Que veux-tu? - Un coursier puissant, car je veux aller à la guerre. - Tu l’auras, fit l’homme sauvage, et même plus que tu n’en demandes." 

Sur ce, l’homme sauvage rentra dans la forêt et peu après, un palefrenier amena un coursier qui soufflait bruyamment par les naseaux et se laissait à peine maîtriser. Et derrière, suivait une troupe de soldats tous bardés de fer, leurs épées étincelant au soleil. Enfourchant le coursier, le jeune homme prit la tête de la troupe. Quand il approcha du champ de bataille, une grande partie des gens du roi étaient tombés. Alors le jeune homme s’élança avec sa troupe de fer, fondit comme l’orage sur les ennemis et abattit tout ce qui lui résistait. Il ne les lâcha que lorsqu’il ne leur resta plus un seul homme. 

 

Pour réussir cette épreuve, le prince demande à Jean-de-Fer son aide: celui-ci lui donne un cheval et une troupe de guerriers de fer.

On retrouve le métal dur et vulgaire qui caractérise Jean-de-Fer, mais qui est très utile pour une guerre.

 

Combat de chevaliers-Aquarelle

La victoire du prince

Mais au lieu de rejoindre le roi, il fit rentrer sa troupe dans la forêt par des détours et appela l’homme sauvage. "Que veux-tu?" lui demanda ce dernier en apparaissant. "Prends ton coursier et ta troupe et rends-moi mon cheval à trois jambes." 

Ainsi, il rentra à la maison sur son cheval boiteux. Lorsque le roi revint, sa fille alla à sa rencontre et le félicita de sa victoire. "Ce n’est pas moi qui ai remporté la victoire, lui dit-il, mais un chevalier inconnu qui est venu à mon secours avec sa troupe. Puis il a poursuivi son chemin et je ne l’ai plus revu." La princesse demanda au jardinier ce qu’était devenu son aide, mais il se mit à rire et dit: "Il vient de rentrer sur son cheval boiteux et les autres se sont moqués de lui, mais lui a simplement répondu: "J’ai fait le plus gros de la tâche, et sans moi cela aurait mal tourné." 

Le roi dit à sa fille: "Je vais faire annoncer une grande fête qui durera trois jours et où tu lanceras une pomme d’or, peut-être l’inconnu y assistera-t-il?"

 

Bien qu’il soit vainqueur, le prince garde son anonymat. Cela intrigue le roi qui souhaite rencontrer celui qui a gagné la guerre et rétabli la paix.

Il organise une fête où la princesse lance une pomme d’or à trois reprises. Ses prétendants doivent l'attraper pour conquérir la princesse.

 

Balle dorée

L'ultime épreuve du prince: les pommes d'or de la princesse

Apprenant cela, le jeune homme alla dans la forêt et appela Jean-de-Fer. "Que veux-tu?" lui demanda celui-ci. - Attraper la pomme d’or de la princesse. - C’est comme si tu l’avais déjà, répondit Jean-de-Fer, tu auras aussi une armure rouge et tu chevaucheras un fier alezan."

 

Deux hommes sous arbre illuminé

 

Le jour venu, le jeune homme arriva au galop, se mêla aux chevaliers sans que personne ne le reconnût. La princesse lança une pomme d’or aux chevaliers, mais aucun d’eux ne réussit à l’attraper sauf lui. 

Le deuxième jour, Jean-de-Fer lui donna une armure blanche et un cheval blanc. De nouveau, il fut le seul à attraper la pomme. Pourtant, il ne s’attarda point et s’esquiva promptement avec. 

Le roi se mit en colère et dit: "Cela n’est pas permis, il faut qu’il paraisse devant moi et me dise son nom." Il donna l’ordre de poursuivre le chevalier qui avait attrapé la pomme. Le troisième jour, le jeune homme reçut de Jean-de-Fer une armure noire et un cheval moreau, et il attrapa encore la pomme. 

 

Chevalier en noir avec arme

Apparition de Jean-de-Fer

Mais lorsqu’il s’enfuit, les gens du roi se lancèrent à sa poursuite et il fut blessé à la jambe avec la pointe d’une épée. Il parvint toutefois à leur échapper, mais son cheval fit un bond si violent qu’il tomba, et ils purent voir ses cheveux d’or. Ils rapportèrent la chose au roi.

Le lendemain, la princesse interrogea le jardinier sur son aide: "Il travaille au jardin, lui répondit-il, ce drôle a aussi assisté à la fête et il n’est rentré qu’hier soir; de plus, il a montré à mes enfants trois pommes d’or qu’il a gagnées." 

Le roi donna l’ordre de l’amener, et il parut avec son bonnet sur la tête. Mais la princesse alla à lui et le lui ôta, et ses boucles d’or lui tombèrent sur les épaules. Il était si beau que tous en furent stupéfaits. "Es-tu le chevalier qui est venu chaque jour à la fête, avec toujours une couleur différente, et qui a attrapé les trois pommes d’or? lui demanda le roi. - Oui, répondit-il, et voici les pommes." Il les sortit de sa poche et les tendit au roi. "Si vous voulez encore d’autres preuves, vous pourrez voir la blessure que vos gens m’ont faite en me poursuivant. Mais je suis aussi le chevalier qui vous a aidé à vaincre l’ennemi."

"Si tu peux accomplir de tels exploits, tu n’es certainement pas aide-jardinier, dis-moi qui est ton père. - Mon père est un roi puissant et j’ai de l’or en abondance, autant que j’en désire. - Je vois, fit le roi, je te dois des remerciements, puis-je t’obliger en quelque manière? - Oui, vous le pouvez, donnez-moi votre fille pour femme."

Alors la demoiselle se mit à rire et dit: "Celui-là ne fait pas d’embarras, mais j’avais déjà vu à ses cheveux d’or qu’il n’était pas aide-jardinier." Puis elle alla vers lui et l’embrassa. Son père et sa mère furent prévenus et vinrent assister au mariage. Ils étaient en grande joie de revoir leur cher fils qu’ils croyaient avoir définitivement perdu. Alors qu’ils étaient à table, la musique se tut brusquement, les portes s’ouvrirent et un roi majestueux entra avec une suite nombreuse. 

Il se dirigea vers le jeune homme, l’embrassa et lui dit: "Je suis Jean-de-Fer, j’avais été changé en homme sauvage, mais tu m’as délivré. Aussi tous les trésors que je possède seront ta propriété."

Union avec la princesse

Après avoir attrapé la pomme d’or à trois reprises, le prince est reconnu par le roi, ainsi que son origine royale.

L’union avec la princesse a lieu.

Le jour des noces, Jean-de-Fer apparaît tel un roi puissant et riche.

Lui aussi a évolué, avec l’aide du prince. Il est devenu lui-même et ses richesses appartiennent désormais au prince.

Rien ne serait arrivé si le prince n’avait pas délivré Jean-de-fer et ne l’avait pas suivi, s’il n’avait pas transgressé ses ordres au sujet de la fontaine d’or. et s’il n’avait pas emporté avec lui un signe de la richesse de Jean-de-Fer, c’est-à-dire ses cheveux d’or.

 

"Jean-de-Fer" est un conte sur l’"individuation" masculine, c'est-à-dire la maturation et l’évolution de l’homme.

Plusieurs symboles représentent cette aspiration: la balle dorée, la fontaine d’or, les pommes d’or, la forme ronde et particulièrement l’or, omniprésent dans le conte.

Ce conte nous montre comment les aspects sauvages, primaires, les aspects "de fer" que l’homme porte en lui peuvent être conscientisés et intégrés, et lui révèlent ainsi les richesses qui l’aident à acccomplir sa destinée et à devenir lui-même.

 

 

Couple prince blond

épreuves contes réalisation libération primitif psychologie Jung blog analyse destin masculin Jean-de-Fer

Précédent : Destin masculin: L'homme et son double - "Fernand-...   Suivant : Le féminin divin: Les déesses-mères - "Isis" - La ...