analyse contes

Destin masculin: L'homme et son double - "Fernand-Loyal et Fernand-Déloyal"

Jumeaux-Jules Breton

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "FERNAND-LOYAL ET FERNAND-DÉLOYAL" (conte de Grimm)

 

"Fernand-Loyal et Fernand-Déloyal" développe avec finesse le motif des "deux compagnons de route" opposés - l’un loyal et l’autre déloyal. Ils représentent le conflit entre les opposés en soi, et posent donc le problème de l’ombre masculine.

Ce thème très ancien est illustré par de multiples versions qui remontent à une histoire juive du 12è siècle. Un rabbin, Johannan, doit découvrir et ramener une fiancée au Roi Salomon. Le personnage déloyal n’est pas un homme, mais la femme du rabbin qui est cupide et sera tuée. Cette histoire existe dans tous les pays européens. 

Universelle et archétypique, elle est toujours structurée de la même manière: l’homme loyal doit servir le roi et accomplir des exploits pour lui. Mais, il est sans cesse piégé et entravé par un personnage jaloux et déloyal. 

Sur le plan psychologique, c’est ainsi que se manifeste l’ombre chez l’homme. Dans ce couple d’opposés, l’un est l’ombre de l’autre, qu’il soit positif ou négatif. 

Si l’on est négatif consciemment, on porte la lumière dans son inconscient, même si elle n’est pas éveillée. Il existe des cas de conversion spectaculaire d’hommes qui ont mené une vie dissolue, destructrice ou criminelle et se sont transformés en saints. Ils ont intégré leur ombre et se sont ainsi unifiés, devenant eux-mêmes.

La littérature est truffée de personnages de "doubles" qui représentent les deux aspects d’un homme: Don Quichotte et Sancho Pança, Don Juan et Sganarelle; dans l’Antiquité, les célèbres jumeaux Romulus et Rémus, fondateurs de Rome, Castor et Pollux, etc.

Lire la suite

Destin masculin: L'homme sauvage - "Jean-de-Fer"

Homme de fer

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "JEAN-DE-FER" (conte de Grimm)

 

Ce conte illustre le masculin sauvage, primitif, refoulé dans l'inconscient, que l’homme doit libérer et assimiler pour se réaliser.

Il y a quelque chose d'agressif dans la psyché masculine: mais cette agressivité peut se transformer et devenir positive. Car elle est une énergie qui permet à l'homme de s’affirmer, d’être combattif, de dépasser les épreuves de sa vie, d’être créatif...

La réalisation du masculin passe par l'intégration de l'agressivité. 

À l’opposé, le refoulement de l'agressivité s'avère très négatif, car cette agressivité refoulée va inéluctablement se projeter sur une victime ou un bouc émissaire extérieur: une personne faible, une femme, une catégorie sociale, une minorité ethnique…

Collectivement, cela produit des sociétés violentes, totalitaires, xénophobes, ou des sociétés qui accordent une importance excessive à la sexualité, car la sexualité et l’agressivité sont liées.  

Le refoulement de l’agressivité vient du fait que l’on a peur d’elle: il est donc nécessaire de la reconnaître, d’entrer en contact avec elle et de l’accepter.

C’est reconnaître et accepter l’homme sauvage en soi. Si l'on en fait l’expérience émotive et affective, notre conscience va évoluer et nous transformer.

IL est donc fondamental que l’homme prenne contact avec le sauvage, le primitif, l’archaïque qu’il recèle en lui, c’est-à-dire son ombre.

C’est l’unique voie vers la maîtrise de ces aspects obscurs. 

En effet, il n’est possible de maîtriser que ce que nous connaissons, ce dont nous avons conscience. De même que le refoulement de nos pulsions et instincts négatifs mène à la violence.

Lire la suite

Destin de femme: Initiatrice et souveraine - "La princesse-chatte"

Chatte Bastet Egypte

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "LA PRINCESSE-CHATTE" (conte roumain)

 

La "Princesse chatte" est un conte si extraordinaire et complexe qu’il contient des éléments qu’on ne trouve nulle part ailleurs.

L’on y découvre le chemin initiatique du féminin blessé qui se réapproprie sa féminité et sa souveraineté, ainsi que la manière dont il se libère d’une situation catastrophique, à la fois intérieure et extérieure, et la réalisation de l’union entre l’homme et la femme, celle de l’unité entre deux royaumes problématiques. Enfin, un couple blessé et "handicapé" est libéré et sauvé.

Au début, deux royaumes différents et séparés se trouvent dans une situation qui ne mène nulle part. Is doivent se rencontrer et s’unir. 

Lorsqu’il y a deux royaumes dans un conte, cela signifie que quelque chose ne fonctionne pas dans le royaume principal. Une réunion de ces royaumes est donc nécessaire pour atteindre la complétude, car chacun compense un manque chez l’autre.

Sur le plan collectif, cette situation évoque une société divisée dont la conscience collective est dissociée. 

Depuis 2000 ans, l'Occident vit dans le mythe chrétien, fondé sur l’archétype du Christ. Mais au fil des siècles, ce royaume chrétien s’est morcelé et appauvri au détriment de la laïcité devenue notre principe dominant. En vertu de cette laïcité, et tout à fait paradoxalement, on accepte des mouvements spirituels sectaires qui manipulent et pervertissent la conscience.

D’une part, il existe des comportements qui dévalorisent et détruisent la femme (prostitution, pornographie, abus…), d’autre part, on rejette toute forme de spiritualité dans des domaines importants comme l’éducation. Cette situation ambivalente crée la confusion, la dissociation, le conflit, et la névrose collective.

Les deux royaumes de ce conte ont des problèmes complémentaires, mais c’est le féminin qui amorce l’action et se montre combattif et actif. Le féminin compense ainsi le patriarcat négatif en rétablissant un lien positif avec le masculin.

Lire la suite