Destin de femme: Le sacrifice de soi - "La femme aux mains coupées"

Femme dans nature-Camille Pissarro

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "LA FEMME AUX MAINS COUPÉES" (conte de Grimm)

 

Le conte de "La femme aux mains coupées" est le chemin de vie d’une femme dont l’enfance a été difficile et douloureuse. Cette femme doit se sacrifier pour éloigner la malédiction attirée sur elle par son père. Pour cela, elle accepte que son père lui coupe les mains. Puis, en effectuant un long parcours initiatique et spirituel, elle parvient enfin à guérir de sa blessure initiale et à accomplir sa destinée.  

Psychologiquement, ce sacrifice va s’avérer utile et positif: il va aider cette femme à affronter le complexe qui la possède, son masculin destructeur, et à se libérer de ses parents négatifs. 

Les concepts de Jung "animus" et "anima" représentent notre bisexualité psychique. 

L’animus représente la nature masculine de la femme et l’anima la nature féminine de l'homme. Il s'agit de deux archétypes qui demeurent souvent inconscients et influencent notre comportement sans que nous en ayons conscience, particulièrement notre comportement vis-à-vis du sexe opposé. 

Comme ils sont profondément enfouis en nous et influencés par l’histoire de l’humanité, ils relèvent d’abord de l’inconscient collectif. Si nous parvenons à les déceler en nous, ils nous permettent d’établir un lien enrichissant avec notre inconscient, en constituant une passerelle vers notre psyché profonde. 

Les aspects négatifs d’"animus" ou d’"anima" sont souvent dus à un problème issu des parents, du père ou de la mère.

Il en est ainsi dans ce conte, où le masculin/animus va agir contre l’héroïne une grande partie de sa vie.

Rencontre du meunier avec le diable

Meunier

 

Un meunier tombé dans la pauvreté ne possédait plus rien que son moulin et un grand pommier qui se trouvait derrière. Un jour, dans la forêt, il rencontra un vieil homme inconnu qui lui dit: "Pourquoi t’exténuer à bûcheronner? Je peux te rendre riche si tu me promets ce qu’il y a derrière ton moulin." Songeant que cela ne pouvait être rien d’autre que son pommier, le meunier répondit: "C’est entendu", et il signa cela par écrit à l’étranger au sourire sardonique: "Dans trois ans, je viendrai et j’emporterai ce qui m’appartient." Puis il s’éloigna. 

 

Cette famille est composée d’un père meunier, d’une mère qui ne joue pas le moindre rôle et d’une fille, qui est le personnage principal.

En général, le meunier est un personnage ambivalent, rusé, habile, parce qu’il sait faire travailler les autres et les exploiter. Parmi les paysans et les ouvriers, c’est le seul qui ne travaille pas. Cela équivaut à son aspect négatif. Mais il est aussi positif, parce qu’il transforme le blé en quelque chose de nourrissant. 

Ce meunier très pauvre rencontre un vieil homme qui lui propose de signer un pacte. Le meunier lui promet de lui donner, 3 ans après, ce qui se trouve derrière sa maison, en échange d’une richesse immédiate. 

En fait, le meunier ne sait pas, ou ne veut pas savoir, ce qui se trouve "vraiment" derrière sa maison, c’est-à-dire sa propre fille. Son inconscience l’arrange et arrange ses affaires.

Le vieil homme est une figure du diable: il représente les forces du mal, les forces obscures collectives, mais aussi l’ombre ou le double obscur du meunier.

Le meunier est donc confronté à son ombre: il ne peut lui résister, lui faire face avec courage pour l’intégrer. Il préfère se laisser posséder par elle en acceptant de lui vendre sa fille.

Sa fille représente son féminin - son "anima" ou âme - comme souvent la fille pour son père. Elle figure ce qui est féminin en lui: son sentiment, son éros, sa spiritualité, sa vie affective, émotive, instinctive, naturelle… 

Le meunier vend sa fille au diable

Ce père vend sa fille au diable. Autrement dit, il vend son âme au diable en croyant ou voulant croire qu’il s’agit d’un arbre.

 

Démon dans forêt-Andy Kehoe

 

Collectivement, ce pacte diabolique pose également le problème de l’environnement, de la nature, qui est essentiel actuellement.

Vendre un arbre ou la nature au diable consiste à détruire celle-ci, à la surexploiter. En détruisant les arbres, nous nous coupons de la nature et de la vie. Nous ne pouvons plus nous ressourcer, respirer, vivre des émotions et des expériences qui nous enrichissent et nous relient à ces forces primordiales. Nous perdons tout contact vivifiant et apaisant avec Dame-Nature, la terre-mère.

Le meunier vend sa fille au diable parce qu’il est pauvre et qu’il ne trouve pas de solution pour s’en sortir: il pourrait en trouver une, mais il choisit la plus facile et la plus négative pour sa fille. 

Sur le plan psychologique, il vend au diable ses richesses intérieures, psychologiques, spirituelles. Il se trahit lui-même pour s’en sortir à bon compte et à tout prix. Et il fait subir à sa fille ce choix destructeur.

Collectivement, il en est de même: nous sacrifions la nature, les arbres… pour faire du profit et nous enrichir, parce que nous sommes impuissants à créer une société différente, fondée sur des valeurs humaines et spirituelles.

Cela correspond également au destin du féminin dans notre civilisation. De nombreux hommes ont encore un tel comportement qui les affecte personnellement et affecte toute la société. Leurs aspects féminins se pervertissent et régressent. Et s’ils ont des filles, celles-ci vivent avec des pères qui réussissent socialement et professionnellement, mais n’ont pas de cœur, pas de sentiment, et les négligent affectivement.

Cela peut avoir des conséquences très négatives sur une fille: elle est alors possédée par un masculin destructeur qui lui vient de son père et devient ambitieuse ou froide en reproduisant le comportement de ce dernier.

Victime de son père

La jeune héroïne du conte est la victime sacrificielle du père: elle subit la faiblesse et la lâcheté de son père et elle est menacée par le masculin négatif que  celui-ci lui a légué sous la forme du diable.

À notre époque, le masculin s’est éveillé collectivement chez les femmes et les a émancipées. Mais si elles ne deviennent pas conscientes de ce masculin qui les habite, elles se laissent posséder par lui et tombent dans la toute-puissance, la domination, le pouvoir… c'est-à-dire tous les aspects négatifs du principe masculin. 

Heureusement, la jeune fille du conte va réagir avec conscience et sagesse: elle préfère être mutilée plutôt que de se perdre et de perdre sa liberté intérieure en se soumettant au diable. 

 

De retour chez lui, sa femme vint à sa rencontre et dit: "D’où nous vient cette soudaine richesse?" Il répondit: "Cela vient d’un inconnu que j’ai rencontré dans la forêt et qui m’a promis de grandes richesses; en échange, je me suis engagé par écrit à lui céder ce qui est derrière le moulin. - Hélas, mon homme, s’écria la femme effrayée, c’était le diable, et ce n’était pas du pommier qu’il s’agissait, mais de notre fille qui était derrière le moulin." 

 

Femme devant arbre surréaliste

 

La fille du meunier, une enfant belle et pieuse, vécut ces trois années dans la crainte de Dieu et sans commettre de péché. Le délai écoulé et le jour venu, elle se lava et se purifia, puis traça autour d’elle un cercle à la craie. 

Face au diable

Le diable apparut de bonne heure, mais ne put l’approcher. Furieux, il enjoignit au meunier: "Prive-la d’eau, afin qu’elle ne puisse pas se laver; car sinon, je n’ai pas de pouvoir sur elle." Ayant peur, le meunier obéit. Le lendemain matin, le diable revint, mais la jeune fille avait tant pleuré sur ses mains qu’elles étaient pures. 

 

Femme avec larme sur joue

 

Ne pouvant toujours pas l’approcher, il dit, plein de fureur, au meunier: "Coupe-lui les mains, sinon, je ne puis rien contre elle." Le meunier, terrifié, répondit: "Comment pourrais-je couper les mains de ma propre fille?" Le Malin le menaça et lui dit: "Si tu ne le fais pas, tu m’appartiendras et je t’emporterai." Le père eut peur et promit d’obéir. 

Il dit à sa fille: "Mon enfant, si je ne te coupe pas les deux mains, le diable m’emportera; comme j’avais peur, je le lui ai promis. Aide-moi dans ma détresse et pardonne-moi le mal que je te fais! - Cher père, lui répondit-elle, faites ce que vous voulez de moi; je suis votre enfant." Elle présenta alors ses deux mains et se les laissa couper. Quand le diable revint pour la troisième fois, elle avait tant pleuré et pendant si longtemps sur ses poignets tranchés qu’ils étaient parfaitement purs. Le diable dut renoncer, ayant perdu tout droit sur elle. 

 

Mains ouvertes

Les mains coupées

Trois ans après, le diable vient la chercher et l’attaque à 3 reprises.

Sa première attitude est simple: elle se lave et se purifie pour que le diable ne puisse pas l’approcher. Elle trace autour d’elle un "cercle protecteur", le cercle magique que l’on trouve partout et qui protège du danger, des mauvais esprits, des démons.

Mais le diable insiste et demande à son père de la priver d’eau pour se laver: alors, elle pleure sur ses mains et le diable ne peut plus rien contre elle.

Les larmes la protègent: elles représentent la pureté, l’innocence, tout ce qui neutralise le démon. 

Enfin, le diable demande au père de lui couper les mains: elle accepte.

Elle se laisse ainsi mutiler, et déposséder de quelque chose de très précieux pour vivre: les mains. 

Son père n’a pas "mis la main à la pâte" comme il aurait dû, et sa fille a les mains coupées, réduite à l’impuissance.

Les mains sont essentielles dans la vie humaine: elles permettent toutes les activités; elles représentent la manifestation, le pouvoir, la domination ("manifestation" et "main" ont la même racine). La main est une synthèse du féminin et du masculin: féminine quand elle contient et est passive, et masculine quand elle prend et est active. On "donne sa main" à quelqu’un, et on "demande la main" d’une femme. Elle est arme et outil, et permet la prise de possession, l’affirmation de soi, l’action. 

La jeune fille sacrifie donc tous ses pouvoirs, ses facultés créatrices, son incarnation dans la vie.

Mais ce sacrifice la sauve grâce à sa spiritualité, ses prières, son abandon à Dieu, au divin.

Elle pleure tant sur ses poignets qu’ils sont parfaitement "purs", ce qui entraîne l'échec et la disparition du diable.

Exil de la jeune fille

Le meunier dit alors à sa fille: "J’ai gagné grâce à toi de si grands biens que ta vie durant je te garderai dans le luxe le plus coûteux." Elle lui répondit: "Je ne saurais rester ici. Je veux m’en aller; des gens charitables me donneront le nécessaire." Elle se fit attacher au dos ses bras mutilés et partit dès le lever du soleil. Elle marcha tout le jour sans s’arrêter. 

 

Après ce qui s’est passé, la jeune fille ne peut plus vivre comme avant: elle préfère quitter ses parents malgré leur richesse.

Elle n’est pas en sécurité chez de tels parents, et ne peut pas progresser: on n’entendra plus parler d’eux par la suite, ce qui signifie qu’elle va se libérer des images parentales négatives qu’elle a intériorisées.

Qui est la mère de ce conte? Une mère inexistante, absente, qui n’aide pas sa fille. Elle n’a qu’un rôle de figuration, ce qui prouve que le problème de la jeune fille vient davantage du père, du masculin. Même si le féminin est blessé et atteint, il est indemne.

La jeune fille renonce donc à toute vie extérieure, active, sociale, plutôt que de tomber entre les mains du diable. Celuic-ci représente aussi l’ombre de son père et le masculin négatif qu’il lui a transmis en tant que première figure masculine dans sa vie.

 

Femme couchée dans arbre

 

De nombreuses femmes ont dû ainsi sacrifier une partie de leur vie, leur créativité et leurs réalisations, parce qu’elles étaient en proie à leur masculin négatif.

Parfois, il est nécessaire de perpétuer un tel sacrifice. Mais cette période n’est ni ratée ni perdue. La jeune fille du conte va faire des expériences importantes, même si son masculin négatif va revenir à la charge.

Le masculin non intégré d’une femme - c’est-à-dire non conscientisé, non utilisé de manière positive et créatrice - est semblable à un homme primitif, archaïque, déshumanisé en elle. Aussi, est-il nécessaire d’entrer en contact avec cet homme primitif, pour l’humaniser peu à peu et le transformer en un compagnon, un ami intérieur, un soutien combatif. 

Le jardin du roi

Elle arriva alors près d’un jardin royal où elle vit, au clair de lune, des arbres couverts de beaux fruits. Mais elle ne pouvait pas entrer, car il était entouré d’eau. Comme elle avait marché toute la journée sans avaler la moindre bouchée et que la faim la tenaillait, elle pensa: "Oh, si je pouvais entrer dans ce beau jardin et manger de ses fruits! Sinon, je mourrai d’inanition."

Elle s’agenouilla, invoqua le Seigneur Dieu et pria. Tout à coup, un ange vint qui manœuvra une écluse dans l’eau, de sorte qu’elle s’écoule et que le fossé s’assèche, lui permettant d’entrer dans le jardin avec l’ange.

 

Ange bleu et vert-Chagall

 

Larbre qu’elle vit était couvert de fruits, de magnifiques poires, mais qui étaient toutes comptées. Elle prit une poire avec sa bouche et la mangea pour calmer sa faim, mais pas plus. Le jardinier la vit faire, mais comme l’ange se tenait à côté d’elle, il eut peur et crut que la jeune fille était un esprit. Ayant mangé la poire, sa faim fut apaisée et elle alla se cacher sous les taillis. 

Le roi, à qui appartenait le jardin, y descendit le lendemain matin. Il compta et s’aperçut qu’il manquait une poire. Il demanda au jardinier ce qu’elle était devenue. Le jardinier lui répondit: "La nuit dernière, un esprit est venu; il n’avait pas de mains et il a mangé de sa bouche la poire sur l’arbre. - Comment l’esprit a-t-il pu passer l’eau?" demanda le roi

Le jardinier répondit: "Il est venu quelqu’un du ciel, en robe blanche comme neige, qui a fermé une écluse et retenu l’eau pour que l’esprit puisse traverser le fossé. Et comme ce ne pouvait être qu’un ange, j’ai eu peur et n’ai rien demandé ni appelé. Quand l’esprit a eu mangé la poire, il est reparti." Le roi dit alors: "Si cela s’est passé comme tu le dis, je viendrai avec toi veiller la nuit prochaine." 

L’obscurité venue, le roi descendit au jardin, accompagné d’un prêtre. Tous trois s’installèrent sous l’arbre et guettèrent. Vers minuit, la jeune fille rampa hors du fourré, prit une nouvelle poire avec sa bouche et la mangea; à ses côtés se tenait l’ange. Le prêtre s’avança et dit: "Es-tu de Dieu ou de ce monde? Es-tu un esprit ou un être humain?" Elle répondit: "Je ne suis pas un esprit, mais un pauvre être humain abandonné de tous, hormis de Dieu."

Le roi dit alors: "Si tu es abandonnée par le monde entier, moi je ne t’abandonnerai pas." Il l’emmena avec lui dans son château royal et, comme elle était belle et pieuse, il l’aima de tout son cœur. Il lui fit faire des mains d’argent et la prit pour épouse.

La jeune fille se retrouve dans un état de grande détresse, de misère et d’impuissance. 

Elle est affamée: non seulement de nourritures terrestres, mais aussi de sentiment, de relation, de vie féminine.

C’est dans cet état qu’elle arrive dans le jardin d’un roi où poussent des poiriers dont les fruits précieux sont comptés par le jardinier.

 

Branche poirier

 

L’arbre a une symbolique ambivalente: il est à la fois masculin et féminin. Masculin, il est phallique, et féminin, il est un giron maternel, une source de protection et de nourriture.

Le thème du jardin du roi rempli de fruits rares volés par des puissances invisibles est fréquent. Dans les religions et les mythologies, le jardin est une image du paradis: « Dieu lui-même est un jardin », écrit le mystique Saint-Jean de La Croix. 

Les poires sont un symbole féminin en raison de leur forme, alors que les pommes sont masculines: la poire est ici en lien avec la féminité et la jeune fille. 

La pomme est fruit d’immortalité: les pommes du Jardin des Hespérides des Grecs, l’île d’immortalité d’Avalon (qui a donné "apple") dans la mythologie celtique…  Dans la Genèse, la pomme est le fruit de l'arbre de la conscience du bien et du mal, interdite aux humains par Dieu. Voler et manger la pomme fut longtemps le pire des "péchés" commis par la femme.

Pour Jung, au contraire, le pire des "péchés" est le refus de devenir conscient: l’inconscience, l’ignorance, l’aveuglement, la politique de l’autruche, le refus de vivre ses possibilités et ses potentialités. Vivre en-dessous de ses possibilités, prétendre être moins conscient qu’on ne le devrait, peut provoquer une grave névrose ou des sentiments de culpabilité intense. 

Quant au roi, il représente la conscience collective d’une époque: il peut aussi être un symbole du SOI dans sa dimension humaine et accessible. 

Et lorsqu’un roi a un problème, la société n’évolue plus et régresse. On ne vit plus qu’une partie de son être, et la vie devient conformiste, se limite, s'appauvrit.

La vraie vie est complexe, riche, en permanente mutation. À certains moments, notre propre vie ne correspond plus à nos possibilités et nos aspirations. Elle doit alors changer. Suivre les lois de la vie exige une grande souplesse et une remarquable adaptabilité.

Malheureusement, notre conscience a tendance à être trop étroite, trop lente, à se diriger trop longtemps dans la même direction, jusqu'à rater le moment où il faudrait changer de cap. C’est pourquoi nous avons besoin de notre inconscient, de ses messages, de ses conseils qui se manifestent à travers nos rêves et nos imaginations. Nous avons besoin qu’il nous révèle les nouvelles possibilités de vie qui se présentent à nous. 

Le roi de ce conte souffre de ce problème: il a besoin de se renouveler, de se transformer. C'est pourquoi il rencontre cette jeune fille.

La jeune fille vole des poires dans son jardin pour se nourrir. Mais ce faisant, elle attire son attention par l’intermédiaire du jardinier, son auxiliaire, un double positif qui prend soin de ses fruits les plus précieux.

Les mains d'argent

Le roi est attiré par la beauté et la dimension spirituelle de la jeune fille et l’épouse. Il lui fait fabriquer des mains d’argent.

 

Mains d'argent2

 

Cela lui permet d’être à nouveau active, mais pas complètement, seulement partiellement.

Sur le plan psychologique, elle commence à intégrer un masculin positif représenté par le roi. Ses mains artificielles signifient que la jeune reine adhère aux idées "tendance" et se comporte de manière conformiste et artificielle, adéquate, sans que sa vraie personnalité ne se manifeste, à l’instar de ses mains. Le collectif conditionne encore sa personnalité profonde. 

Ses mains artificielles sont en argent: l’argent est le métal de la lune, donc féminin. Les idées de la reine ne sont pas totalement coupées du féminin, mais elles ne sont pas encore naturelles, authentiques, personnelles. Le féminin ne peut pas encore s’incarner dans la réalité. 

Donc le problème de la jeune reine n’est pas réglé: c’est alors que le roi s’absente et part à la guerre. Cela arrive souvent dans les contes, pour éprouver le couple, ou indiquer que le couple a un problème. Et durant son absence, la jeune femme accouche d’un fils. 

Naissance du fils

Au bout d’un an, le roi dut partir en campagne. Il recommanda sa jeune femme à sa mère en lui disant: "Au moment de ses couches, veillez sur elle et soignez-la bien, et écrivez- moi aussitôt une lettre." La jeune reine mit au monde un beau garçon, et la mère s’empressa d’écrire au roi la bonne nouvelle. 

Mais le messager s’arrêta en chemin, et comme il était fatigué par sa longue étape, il s’endormit. Survint alors le diable, qui ne cessait de chercher à nuire à la pieuse reine. 

Il substitua au message une autre lettre où il était dit que la reine avait donné naissance à un gnome. Lorsque le roi reçut cette lettre, il fut pris d’effroi et eut un grand chagrin, mais il écrivit en réponse qu’on soignât bien la reine et qu’on veillât sur elle jusqu’à son retour. Le messager repartit avec la missive du roi, se reposa au même endroit et s’endormit à nouveau. Le diable revint et glissa dans sa poche une autre lettre disant de tuer la reine et l’enfant. 

La vieille mère fut épouvantée en lisant ce message: elle y crut et écrivit une nouvelle lettre au roi. Mais elle n’eut pas d’autre réponse, car le diable substituait chaque fois une autre lettre à la vraie, et la dernière ajoutait même de conserver comme preuve la langue et les yeux de la jeune reine. 

La vieille mère, pleurant sur le sang innocent qu’on lui demandait de verser, se fit amener une biche pendant la nuit et lui fit couper la langue et enlever les yeux, qu’elle conserva. Puis elle dit à la jeune reine: "Je ne puis te faire tuer comme l’a ordonné le roi; mais tu ne peux demeurer ici plus longtemps; va-t-en par le vaste monde avec ton enfant et ne reviens jamais plus." Elle lui attacha l’enfant sur le dos et la malheureuse femme s’en alla en pleurant.

 

Biche

Réapparition du diable

Durant l’absence du roi, il survient ce qui devait survenir: le fils nouveau-né est une nouvelle figure masculine pour la reine.

Et à sa naissance, le masculin négatif se manifeste à nouveau, faisant réapparaître le diable pour détruire la reine. 

Sur le plan psychologique, lorsqu’une femme fuit artificiellement et passivement son masculin négatif, elle ne résout pas vraiment son problème.

Si elle se marie, comme dans ce conte, elle n’est pas libérée du masculin négatif pour autant, même si elle est protégée dans un premier temps. Elle finit par devenir insatisfaite, révoltée ou dépressive, et le diable réapparaît et perturbe sa vie conjugale et familiale.

Lorsqu’une femme reste artificielle et passive face au problème de son masculin, elle devient une sorte de martyr, une victime: si elle ne réagit pas, ne demande rien, cela pousse les autres à se servir d’elle, à abuser d’elle, à l’exploiter. Et cela réveille le diable.

Cette femme devra alors trouver le moyen de récupérer ses vraies mains, ses mains vivantes. Sinon elle gardera des mains artificielles toute sa vie.

Elle devra découvrir ses capacités, ses richesses, ses forces intérieures, sa vraie personnalité. Et renoncer à ses artifices et son conservatisme.

De nombreuses femmes croient échapper à leur masculin négatif par le mariage et la famille: elles ne font que projeter leur masculin sur leur mari ou leur fils en croyant en être libérées. Mais cela ne règle pas le problème.

Ici, la belle-mère est positive,  le mal ne venant pas du féminin mais du masculin. Donc, elle aide la reine en tuant une biche pour faire croire à la mort de celle-ci. 

Et la reine reprend la route une fois encore: cette fois-ci, elle se réfugie dans la forêt.

Exil dans la forêt

Femme assise sous arbre dans nuit

 

Elle entra dans une grande forêt sauvage et se mit à genoux pour prier Dieu, et l’ange du Seigneur lui apparut et la mena vers une petite maison qui avait une enseigne disant: "Ici, chacun loge librement." De la maisonnette sortit une jeune vierge blanche comme neige qui lui dit: "Soyez la bienvenue, Madame la reine", et la fit entrer. Elle délia l’enfant du dos de la reine, le coucha sur le sein de sa mère pour qu’il puisse boire, et alla ensuite coucher l’enfant dans un beau petit lit tout prêt. La malheureuse femme lui demanda alors: "Comment as-tu su que j’étais reine?" La vierge blanche répondit: "Je suis un ange envoyé de Dieu pour prendre soin de toi et de ton enfant." 

 

Chaumière dans nature

La femme et la nature

Quand une femme est rejetée dans la nature - à la fois extérieure et intérieure -, elle doit cesser de se soumettre aux règles collectives, d’être conformiste. Et elle doit entrer en contact profond avec son inconscient et son masculin positif dans la solitude. 

Vivre dans la forêt, c’est aller au plus profond de soi pour se trouver soi-même. C’est apprendre à se connaître telle qu’on est en dehors de tout conformisme. La vie végétative, en contact avec la nature, peut guérir une femme blessée en permettant à sa véritable nature de se manifester et de s’exprimer. Lorsque l’énergie psychique se retire de la vie extérieure, elle se ressource et se transforme. 

Dans ce lieu de transformation, la reine fait l’expérience de la spiritualité, du divin: la retraite dans la forêt est une période de ressourcement, d’initiation, d’incubation avant la renaissance. 

La femme se guérit et s’enrichit grâce à des expériences intérieures profondes: pour cela, elle s’éloigne de la vie active et vit de manière contemplative. Contrairement à l’homme qui, lui, lutte contre des monstres ou accomplit des prouesses…

En faisant face à son masculin, la reine est aussi confrontée au problème du bien et du mal: le mal prend la forme du diable, le bien a celui de l’ange. Elle fait l’expérience du divin sous ses deux aspects, l’aspect obscur et l’aspect lumineux. C’est très important, car en général on refuse l’aspect obscur du divin et on ne veut voir que son côté lumineux et bénéfique. Les religions elles-mêmes ont dissocié ces deux aspects, en créant des figures opposées - dieu et diable.

C’est un problème très complexe que notre intellect rationnel et logique a du mal à appréhender, car l’intellect occidental ne parvient pas à penser de manière paradoxale, c'est-à-dire en unifiant les contraires. 

Dans la forêt, la reine est hébergée dans une auberge tenue par des anges: elle y fait l’expérience de l’ermite, de la méditation. C’est ainsi que la blessure dont elle souffre disparaît peu à peu.

S’adapter et être conformiste serait pour elle régresser et se détruire. Pour certaines personnes, vouloir à tout prix être normal, conforme, adapté, peut mener à la névrose et à la maladie mentale.

On pourrait se poser beaucoup de questions sur les contraintes d’adaptation dans notre société.

La reine quitte donc la société jusqu’à ce qu’elle trouve sa vérité et sa force intérieures, son être véritable. Alors seulement, elle pourra retourner dans le monde sans risquer de se perdre, de perdre son identité.

Renaissance des mains coupées

Elle demeura dans la maison pendant sept années et y fut bien soignée, et par la grâce de Dieu et à cause de sa grande piété, ses mains coupées lui repoussèrent. 

 

Dans cette auberge où elle est servie par des anges, ses mains lui sont miraculeusement rendues. Elles redeviennent vivantes et cela se produit naturellement. 

La solution est donc simple et naturelle. Mais auparavant, il faut accepter la souffrance, le voyage intérieur, le séjour dans la forêt, la confrontation à l’inconscient, la solitude.

Même si elle a dû renoncer à sa vie sociale et extérieure, une femme qui vit une telle expérience puise en elle beaucoup d’énergie et de vitalité. Et elle devient très consciente.

Jung dit à ce sujet: "Une partie de la vie a été perdue, mais le sens en est préservé."

 

Femme assise attristée

Le roi revient de guerre

Lorsque le roi rentra enfin de la guerre, son premier souci fut de voir sa femme et son enfant. Sa vieille mère se mit à pleurer et lui dit: "Méchant homme, comment as-tu pu m’écrire d’ôter la vie à ces deux âmes innocentes?" Elle lui montra les lettres que le démon avait falsifiées, puis ajouta: "J’ai fait ce que tu m’avais commandé", et elle lui montra comme preuves la langue et les yeux. 

Le roi se mit alors à pleurer si amèrement sa pauvre femme et son jeune fils que sa vieille mère en fut émue de compassion et lui dit: "Console-toi, elle est encore en vie. J’ai fait égorger une biche en secret, pour prélever sur elle les preuves exigées; quant à ta femme, je lui ai attaché l’enfant sur le dos, je l’ai envoyée de par le vaste monde, et je lui ai fait promettre de ne plus jamais revenir ici, à cause de ta colère contre elle." 

Le roi dit alors: "Je veux partir et aller aussi loin que s’étend le bleu du ciel, sans boire ni manger, jusqu’à ce que j’aie retrouvé ma chère femme et mon enfant, s’ils ne sont pas morts par accident ou de faim depuis le temps." 

Le roi parcourut le monde pendant sept années, les cherchant dans toutes les fentes de rocher et les cavernes, mais il ne les trouva pas et pensa qu’ils étaient morts d’épuisement. Il ne mangea ni ne but durant tout ce temps, mais Dieu le soutint.

 

Homme errant enfer-Dante

Les 7 ans de quête du roi

Lorsque le roi rentre de la guerre et apprend  la vérité au sujet de sa femme, il décide de partir à sa recherche et de ne rien manger ni boire avant qu’il ne la retrouve. Il voyage pendant 7 ans, de même que la reine est restée 7 ans dans la forêt.

Chacun doit suivre son propre chemin pour se trouver lui-même avant de retrouver l’autre. Le nombre 7 représente en général la fin d’un cycle qui apporte un changement, un renouvellement, quelque chose de neuf. 7 est une totalité en mouvement, comme l’union du masculin et du féminin.

 

Enfin, il entra dans une grande forêt où il trouva la petite maison avec l’enseigne qui disait: "Ici, chacun loge librement." La vierge blanche sortit, le prit par la main, le fit entrer et lui dit: "Soyez le bienvenu, Sire roi." Puis elle lui demanda d’où il venait. Il répondit: "Cela fait bientôt sept ans que j’erre à la recherche de ma femme et de son enfant, mais je ne les trouve nulle part." 

L’ange lui offrit à boire et à manger, mais il refusa, désirant seulement se reposer un peu. Il s’allongea donc pour dormir et se couvrit le visage d’un mouchoir. 

L’ange entra alors dans la chambre où se tenait la reine avec son fils qu’elle avait l’habitude d’appeler "Riche-en-Douleurs", et il lui dit: "Viens avec ton enfant, ton mari est là." Elle alla dans sa chambre et le mouchoir tomba par terre. 

Elle dit à son fils: "Riche-en- Douleurs, ramasse le mouchoir de ton père et couvres-en son visage." L’enfant ramassa le mouchoir et le replaça sur le visage du roi. Celui-ci avait tout entendu dans son sommeil et il fit retomber le linge. Impatienté, le petit garçon dit à sa mère: "Ma mère chérie, comment puis-je couvrir le visage de mon père, puisque je n’ai pas de père en ce monde? J’ai appris la prière "Notre Père qui êtes aux cieux", et tu m’as dit alors que mon père était au ciel et que c’était le Bon Dieu – comment pourrais-je connaître un homme si sauvage? Celui-ci n’est pas mon père."

 

Garçon-Olivier Barboli

Le fils du roi: "Riche en douleurs"

En entendant cela, le roi se redressa et demanda à la jeune femme qui elle était. Elle dit: "Je suis ta femme, et voici ton fils Riche-en- Douleurs." 

Voyant ses mains vivantes, il dit: "Mon épouse avait des mains d’argent." Elle répondit: "Mes mains naturelles ont repoussé par la grâce de Dieu", et l’ange passa dans la chambre voisine et en revint avec les deux mains d’argent pour les lui montrer. 

Le roi vit alors que c’étaient en vérité sa chère femme et son fils aimé, et il les embrassa avec joie, et leur dit: "Une lourde pierre a été ôtée de mon cœur." L’ange de Dieu leur servit à manger une dernière fois ensemble, puis ils rentrèrent chez eux auprès de la vieille mère. Il y eut partout grande liesse: le roi et la reine célébrèrent leurs noces une nouvelle fois, et ils vécurent heureux jusqu’à leur fin bénie. 

 

Au bout de 7 ans, le roi arrive à l’auberge de la forêt et s’endort en recouvrant son visage d’un mouchoir: la reine le trouve dans sa chambre et le présente à son fils.

Ce fils s’appelle "riche en douleurs". Il est le fils d’une femme qui a fait l’expérience profonde de la souffrance et qui a acquis la paix, la sagesse, la maturité, des possibilités créatrices que seule la souffrance peut faire naître. 

Que signifie le mouchoir que le roi a mis sur son visage pour le dissimuler? 

Un homme qui veut retrouver son féminin, son âme perdue, doit se voiler la face et rester lui aussi éloigné de la conscience collective et des principes conventionnels. C’est en fermant les yeux au monde extérieur et en cessant de vouloir tout contrôler, tout maîtriser qu’il pourra s’unir au féminin.

Le voile dans les religions signifie que les expériences les plus profondes doivent rester secrètes, voilées, en raison de leur dimension ineffable, inexprimable, mystérieuse.

La reconnaissance mutuelle

À la fin du conte, le couple se reconnaît et les liens se renouent naturellement. Le roi et la reine retournent dans leur royaume.

La femme peut alors avoir des activités humaines et trouver sa place dans la société: elle a intégré son masculin devenu une énergie positive et le masculin négatif - sous la forme du diable - ne la tourmente plus.

Ce conte montre la transformation d’un masculin très négatif chez une femme en un masculin positif qui l'aide, l'enrichit, et réveille ses facultés créatrices et spirituelles.

Au début, elle a dû subir un terrible sacrifice, mais cela lui a permis d’effectuer un parcours initiatique, de s’enrichir spirituellement, de devenir elle-même et d'accomplir sa destinée.

 

Couple femme assise-Nene Thomas

symboles psychologie épreuves femme contes sacrifice père diable ange chemin spirituel

Précédent : Destin de femme: Initiatrice et souveraine - "La p...   Suivant : Destin de femme: Créer son propre monde - "La brod...

Ajouter un commentaire