Destin de femme: Femme-guide - "Les 3 plumes"

Princesse et grenouille dans forêt

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DES "3 PLUMES" (conte de Grimm)

 

Il était une fois un roi qui avait trois fils: deux d’entre eux étaient vifs et intelligents, mais le dernier parlait peu, était simple d’esprit, et on ne l’appelait pas autrement que le "Nigaud". 

 

Le véritable héros de ce conte est le "nigaud": en réalité, il est un "anti-héros" qui n’accomplit pas d’actions héroïques ni ne combat, mais gagne de manière passive. C’est le féminin qui l’aide lors de chacune de ses épreuves, et c’est ainsi qu’il conquiert la princesse et le royaume. 

Même s’il paraît stupide, il n’est l’est pas vraiment: il est seulement spontané, naïf et simple. Il prend les choses telles qu’elles sont, acceptant la réalité.

Sur le plan psychologique, le héros est un symbole de renouvellement, de changement, un principe vital nécessaire pour le rétablissement d’une situation saine, non névrosée, équilibrée. Il montre la manière juste d’agir face aux épreuves et difficultés, ce qui donne sens à sa vie. 

Dans les contes, le "nigaud" réussit souvent là où les autres, plus "intelligents", échouent, car il fait ce qui doit être fait et s’adapte aux circonstances. Il se situe à l’opposé de ses frères, figés et rigides, qui n’ont pas la souplesse nécessaire pour agir à bon escient, à tel point qu’ils finissent par ne rien faire et par échouer. 

Sur le plan psychologique, ils résistent au changement, à la transformation. Et cette résistance provoque une névrose, un conflit intérieur aboutissant à une situation bloquée. 

Cela survient aussi sur le plan collectif, quand toute une société résiste à un changement important.

 

Homme rouge brandissant épée-Peinture

Le vieux roi

Le roi, devenu vieux et faible, ne savait pas lequel de ses trois fils devait hériter du royaume. 

 

Dans cette famille royale, il y a 4 hommes et pas de reine, donc pas de féminin. Il est donc fondamental d’intégrer le féminin pour réaliser la complétude. 

Symboliquement, ce royaume manque d’éros ou de sentiment. 

L’éros - selon Jung - est nécessaire aux sociétés et aux individus: il est porteur des capacités relationnelles, de la création des liens, de la fonction de sentiment et d’amour. 

Sans éros, le roi devient stérile et son royaume déséquilibré. 

Dans les sociétés traditionnelles et primitives, le ROI était le détenteur du pouvoir temporel et spirituel. Il est d’ailleurs resté longtemps le roi "de droit divin". Son état influençait tout le royaume et, en cas de maladie ou d’impuissance, on le mettait à mort et on le remplaçait par un autre. Plus tard, cette coutume du meurtre du roi a été remplacée par un rituel de renouvellement, de mort et renaissance symboliques.

Sur le plan psychologique, le roi est un symbole du SOI.

Pour Jung, le SOI est à la fois notre être total et le centre du système d’auto-régulation du psychisme dont dépend notre équilibre.

Si ce centre n’est pas considéré comme tel et remplacé par le MOI ou EGO (semblable à la "tortue qui se croit aussi grosse que le bœuf"), on risque de tomber dans la toute-puissance, l’inflation psychique, la démesure.

Le SOI peut alors provoquer des troubles psychiques et physiques, jusqu’à ce que nous acceptions qu’il devienne le centre de notre être et que le MOI retrouve sa juste place, au service du SOI.

Le MOI étant un complexe comme un autre, c’est-à-dire un ensemble de caractéristiques qui constituent notre personnalité, il est au centre de notre conscience mais pas au centre de notre être total (le SOI). 

Problème de succession royale

Le roi leur dit: "Allez, et celui d’entre vous qui me rapportera le tapis le plus finement travaillé sera roi après ma mort." Pour éviter toute querelle entre eux, il les accompagna devant son château, souffla en l’air sur trois plumes qui s’envolèrent et leur dit: "Chacun suivra la direction qu’indique le vol de sa plume." 

L’une s’envola vers l’Est, l’autre vers l’Ouest, mais la troisième s’en alla droit devant et tomba non loin de là sur le sol. L’un des frères partit donc vers la droite, l’autre vers la gauche, en se moquant de Nigaud obligé de rester là où la troisième plume s’était posée.

 

Plume rose jaune

 

Pour résoudre l'épineux problème de sa succession, le roi impose une première épreuve à ses 3 fils. Pour cela, il utilise une plume qui leur permet de s’orienter.

La plume, proche de l’oiseau, symbolise l’oiseau lui-même. 

Sur le plan psychologique, l’oiseau est associé au vent, au souffle, à la psyché: il représente le psychisme, la pensée intuitive, la spiritualité. Dans de nombreuses civilisations, l’oiseau est lié à l’esprit.

Souffler sur une plume pour décider de la direction à prendre était courant au Moyen-Age: la plume tenait lieu d’oracle auquel on faisait appel pour se guider dans la vie. 

Psychologiquement, jeter une plume en l’air est une attitude juste, une attitude de lâcher-prise, de souplesse intérieure, de disponibilité, d’ouverture à l’inconscient et à ses messages.

C’est aussi une attitude d’humilité, parce que l’on doit regarder par terre, là où la plume est tombée, au lieu de rester le nez en l’air et de ne pas voir ce qui est "sous notre nez".  C’est le contraire d’une attitude volontariste: c’est se tenir à l’écoute des messages de l’inconscient.

Découverte du monde souterrain

Le Nigaud s’assit par terre, tout triste. Soudain, il aperçut, à côté de sa plume, une trappe. Il la souleva, vit des marches et descendit. Il arriva devant une autre porte, frappa et entendit appeler de l’intérieur: "Demoiselle-crapaud verte et petite, chiot d’os rabougri, rabougri d’ici, de là rabougri, va vite voir qui frappe."

La porte s’ouvrit, et il aperçut une grande et grosse mère-crapaud assise au milieu d’un cercle de petits crapauds. Le gros crapaud lui demanda quel était son désir. Il répondit: "J’aimerais avoir le tapis le plus beau et le plus finement travaillé." Le gros crapaud appela alors un jeune crapaud et dit: "Demoiselle-crapaud verte et petite, chiot d’os rabougri, rabougri d’ici, de là rabougri, apporte-moi la grande boîte."

 

Crapaud lisant dans nature

 

Le nigaud suit son intuition et la plume, et il voit ce qui se trouve "sous son nez": une trappe qui donne dans une cave sous la terre.

Il doit descendre dans les entrailles de la Terre-Mère. Ce monde souterrain - qui symbolise les contenus de l’inconscient - est fréquent dans les contes, mais il est différent à chaque fois, de même que son sens.

S'il subsiste des éléments de civilisation, comme des escaliers ou une maison, cela signifie que les contenus inconscients ont été conscients avant d’avoir été refoulés.

Cela correspond à la situation du féminin dans ce conte: il a été refoulé et a régressé après avoir été reconnu. 

Lorsqu’il frappe à une porte, le nigaud entend un étrange poème qui fait allusion à un chiot. Puis il découvre une énorme femelle crapaud entourée de petits.

Le crapaud et la grenouille sont liés: la grenouille est un animal masculin et le crapaud féminin. On trouve partout en Europe le personnage du "prince-grenouille".

Dans notre civilisation, le crapaud est associé à la terre-mère qui avait pour fonction d’aider les femmes à accoucher: il représente l’utérus et figure une déesse de la terre qui a pouvoir de vie et de mort et est en lien avec l’amour.

Sur le plan psychologique, le crapaud - sous la forme de la femelle crapaud et ses petits - remplace ce qui manque à cette famille d’hommes, à savoir le féminin maternel.

Grâce à elle, le nigaud va éveiller et intégrer son féminin: un féminin un peu primitif certes, mais qui peut se transformer et évoluer vers l’humanité.

Première épreuve: le tapis

Le jeune crapaud alla chercher la boîte. La grosse femelle-crapaud l’ouvrit et en sortit pour le Nigaud un tapis tellement beau et si finement travaillé qu’en haut sur la terre personne n’aurait pu en tisser de pareil. Puis Nigaud la remercia et remonta.

 

Tapis d'orient

 

Le tapis est en relation avec le tissage et la destinée humaine: le tapis et ses dessins représente les "desseins" et les projets de l’inconscient à notre sujet.

Sur le plan psychologique, un tapis finement tissé symbolise l’inconscient qui tisse notre destinée individuelle d’une manière fine et subtile, à tel point qu’il est difficile pour notre conscient trop grossier d’y voir clair. 

Cette première épreuve consiste donc à voir clair dans sa vie, et c’est dans le monde inconscient que le nigaud va éveiller cette finesse en lui.

Deuxième épreuve: l'anneau

Les deux autres, par contre, étaient convaincus que leur frère était trop sot pour trouver quoi que ce soit et qu’il ne ramènerait rien. "Pourquoi chercherions-nous à grand-peine?" se dirent-ils. Ils ôtèrent les hardes du dos de la première bergère rencontrée et les rapportèrent au roi. Le Nigaud rentra en même temps qu’eux, rapportant son beau tapis. Lorsque le roi l’aperçut, il s’étonna et dit: "Le royaume devrait revenir de droit au plus jeune." 

Mais les deux autres ne laissèrent pas de répit au roi, assurant qu’il était impossible que le Nigaud, à qui la raison faisait défaut en toutes choses, devienne roi; aussi lui demandèrent-ils de poser une nouvelle condition. Le père dit alors: "Que celui qui m’apportera le plus bel anneau hérite du royaume." Ayant conduit les trois frères devant le château, il souffla en l’air sur les trois plumes que chacun devait suivre. De nouveau les deux aînés partirent l’un vers l’Est, l’autre vers l’Ouest; quant au Nigaud, sa plume s’envola droit devant pour tomber près de la porte menant sous terre. 

 

Plumes d'or

 

Il redescendit donc chez la grosse mère-crapaud et lui dit qu’il avait besoin du plus beau des anneaux. La mère-crapaud envoya immédiatement quérir sa grande boîte et en retira pour lui une bague scintillante de pierres précieuses et tellement belle qu’aucun orfèvre à la surface de la terre n’eût pu en faire de pareille. Les deux aînés se moquèrent du Nigaud qui prétendait chercher un anneau d’or et ne se donnèrent aucune peine; ils se contentèrent de retirer les clous d’un vieux cercle de roue qu’ils apportèrent au roi.

Anneau entrelacé saphir

 

Le second objet que le roi demande à ses fils est un anneau.

En raison de sa forme RONDE, l’anneau est un symbole du SOI - de la totalité de l’être. Mais il est différent des autres objets ronds, comme la balle. 

En Grèce, le cercle, appelé "téménos", était un espace sacré, protégé, un asile où il fallait entrer avec précaution, où l’on n’avait pas le droit de tuer. 

Le cercle représente donc le lien et la relation entre deux êtres humains, l’union sur un plan supérieur, une relation au niveau du SOI et non une simple relation amoureuse éphémère.

Psychologiquement, l’anneau est le symbole d’un lien éternel avec le SOI.

Le nigaud obtient de la femelle crapaud un anneau en or. L’or est un métal précieux, solaire, immortel, inaltérable.

Troisième épreuve: l'épouse

Lorsque le Nigaud présenta sa bague en or, le père dit à nouveau: "C’est à lui que revient le royaume." Mais les deux aînés tourmentèrent encore le roi jusqu’à ce qu’il posât une troisième condition et déclarât que celui qui ramènerait la plus belle des femmes aurait le royaume. Il souffla encore une fois sur les trois plumes qui s’envolèrent en l’air de la même façon que les fois précédentes.

 

Plume orange

 

Le Nigaud descendit alors directement et sans hésiter chez la grosse mère-crapaud et lui dit: "Il me faut ramener la plus belle des femmes. - Quoi donc? répondit la mère-crapaud, la plus belle des femmes! Cela ne se trouve pas si facilement, on ne l’a pas sous la main, mais tu l’auras néanmoins." 

Elle lui donna une carotte jaune, évidée, attelée de six souris. Alors le Nigaud, tout triste, lui demanda: "Que faut-il que j’en fasse?" La mère-crapaud lui répondit: "Tu n’as qu’à y placer un de mes petits crapauds." Le Nigaud prit donc au hasard un de ceux du cercle et le plaça dans le carrosse jaune; à peine le petit crapaud s’y trouva-t-il qu’il se transforma en une jeune fille merveilleusement belle, la carotte se changea en carrosse et les six souris en chevaux. 

La troisième épreuve consiste à ramener la plus belle des femmes.

Contrairement au tapis et à l’anneau, le nigaud ne peut pas obtenir la plus belle des femmes en un clin d’œil. Il doit utiliser un moyen particulier: un véhicule. La demoiselle crapaud ne peut être transformée que dans le véhicule constitué d’une carotte et de souris.

Ce véhicule-carotte est donc nécessaire pour métamorphoser la princesse-crapaud et l’humaniser, la ramener à la conscience.

La carotte a un sens phallique: semer des carottes signifie semer des enfants.

Psychologiquement, le moyen qui permet au féminin de redevenir conscient est teinté de sexualité, ce qui est propre à l’homme chez qui l’amour est éveillé par le désir sexuel.

Les souris ont un sens similaire: dans notre civilisation, la souris est l’animal du diable (de même que le rat). Le rat et la souris représentent la mauvaise conscience, les soucis, les pensées obsédantes.

Sur le plan psychologique, cela signifie qu’il faut ramener à la conscience des éléments refoulés qui ont pris une forme inhumaine.

Rappelons que, dans ce royaume règnent le déni et le mépris pour tout ce qui est féminin. Il est donc logique que le féminin ait pris l’aspect d’un crapaud. 

Psychologiquement, le féminin de l’homme, sa dimension féminine, a régressé à ce stade primitif du crapaud. Un homme doté d’un féminin "animal" va se comporter comme cet animal.

La seule manière pour lui de dépasser cette attitude est de faire preuve de courage et de patience, de prendre conscience de ses phantasmes sexuels obscurs, de les explorer et de les accepter.

Alors seulement, son féminin va atteindre sa conscience, s’humaniser et cesser d’être un animal. Et l’homme pourra l’intégrer.

Si au contraire, il néglige cette relation avec son féminin, celui-ci va régresser et être refoulé dans l’inconscient, avec le risque de devenir obsessionnel.

 

Prince grenouille et couronne d'or

L'ultime épreuve

Il embrassa la jeune fille, fouetta les chevaux et la ramena auprès du roi. Ses frères rentrèrent également; ils ne s’étaient même pas donné le mal de trouver une jolie femme et s’étaient contentés d’emmener les premières paysannes venues. 

Lorsque le roi les vit, il dit: "C’est au plus jeune que reviendra le royaume après ma mort." 

Cependant les deux aînés assourdirent à nouveau le roi en lui criant aux oreilles: "Nous ne pouvons admettre que le Nigaud devienne roi!" Ils exigèrent que soit choisi comme futur roi celui dont la femme parviendrait à sauter à travers un cercle suspendu au milieu de la salle. Ils pensaient en eux-mêmes: "Les paysannes y arriveront facilement, elles sont robustes, tandis que la fine et fragile demoiselle se tuera." Le vieux roi accepta cela encore. 

 

Femmes dansant en ronde

Ces 3 épreuves sont suivies d’une 4ème. Il y a souvent 3 épreuves du même type suivie d’une 4ème qui entraîne un mouvement, un changement stabilisant la situation. Ce schéma quaternaire caractérise de nombreux contes.

Le 3 est en relation avec le temps et représente le passé, le présent et le futur. Le mouvement nécessite deux polarités entre lesquelles circule l’énergie, comme dans l’électricité ou toute dualité unie par un troisième élément.

Et le 4 mène à une nouvelle dimension qui instaure quelque chose de neuf.

Dans ce conte, cette 4ème épreuve est le saut des femmes à travers le cercle suspendu: ces deux actions doivent être simultanées. Les femmes doivent sauter en hauteur et viser le centre du cercle pour passer à travers.

On retrouve ici la symbolique de l’anneau, de la forme ronde: viser le centre d’un cercle consiste à atteindre le centre de notre être. 

Pour un homme, il s’agit d’un problème épineux et source de conflit intérieur. Lorsqu’il projette son féminin sur une femme et tombe amoureux, il est incertain et ne sait pas s’il doit vivre une expérience extérieure ou strictement intérieure.

Le conflit qui naît alors en lui le contraint à s’interroger: "Dois-je vivre cette relation ou non? Dois-je considérer cette femme comme une amie ou avoir une relation sexuelle avec elle?", etc. Ce type de conflit est dû au mental ou à l’intellect de l’homme qui met incessamment des "bâtons dans les roues" de son sentiment.

En réalité, le féminin devrait être pris comme il survient: s’il vient de l’extérieur, il doit être vécu comme une expérience réelle, et s’il vient de l’intérieur, comme une expérience intérieure.

Psychologiquement, si un homme est positivement relié à son féminin, il n’aura pas de tel problème et il évitera les conflits en obéissant loyalement à son sentiment, son éros. 

Un homme marié peut également être confronté à une situation "triangulaire"  il tombe amoureux d’une autre femme. Dans ce cas, c’est le féminin en lui qui le met dans une situation sans issue, générant un conflit douloureux et culpabilisateur, dans le but de le rendre conscient.

Mais, ce conflit peut amorcer un processus d’évolution, d’"individuation" jungienne, car l’individuation a pour finalité de rabaisser la supériorité du MOI - de l’EGO. Le MOI ayant toujours l’illusion qu’il peut et doit prendre une décision, décider ce qu’il faut faire, obéissant aveuglément à sa volonté qu'il croit supérieure et sage. Cela est une attitude fausse, surtout dans le domaine amoureux.

Victoire du "Nigaud"

Les deux paysannes sautèrent alors, elles sautèrent bel et bien à travers le cercle, mais elles étaient si lourdes qu’elles tombèrent et se rompirent bras et jambes, si forts et grossiers qu’ils fussent. Ensuite ce fut le tour de la belle jeune fille que le Nigaud avait ramenée. Elle bondit avec la légèreté d’un chevreuil et c’est ainsi que, toute contestation ayant dû cesser, le Nigaud obtint la couronne et régna avec sagesse durant de longues années.

 

Si un homme a le courage et l’authenticité de laisser ce processus se dérouler en lui, d’accepter la souffrance et de ne rien décider, le SOI finit par se manifester.

En fait, le féminin entraîne l’homme dans ce type de situation sans issue pour créer un conflit en lui jusqu’à ce qu’il lâche prise et abandonne sa volonté. Alors, il fera l’expérience du SOI, qui est également l’expérience de l’autre en soi, du divin.

Le féminin de l’homme est donc une femme-guide, une initiatrice, une muse: comme la Béatrix de Dante, elle le mène d’abord en enfer, où elle le laisse brûler dans les flammes, puis elle le guide vers le paradis. 

Un homme qui n’a pas compris et assimilé son féminin est incapable d’avoir une vie intérieure: son conscient égocentrique et son intellect ne le lui permettent pas. D’où l’importance fondamentale pour les hommes autant que pour les sociétés d’intégrer le féminin.

 

Couple-Vladislav Erko

psychologie Jung analyse contes nigaud crapaud blog femme-guide épreuves

Précédent : Destin de femme: Créer son propre monde - "La brod...   Suivant : Destin de femme: Noyée et sauvée - "La femme-squel...