nigaud

Destin masculin: Apprivoiser et libérer la "mégère" - "La princesse noire"

Femme noire et dorée

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "LA PRINCESSE NOIRE" (conte autrichien)

 

Ce conte montre de manière simple et claire comment un homme peut être confronté à la violence du féminin, jusqu’à être menacé de mort.

Ce conte est très marqué par le catholicisme, puisqu’il se passe entièrement dans une église. Dans le catholicisme, les aspects lumineux du féminin ont été projetés collectivement sur la Vierge Marie, et les aspects sombres ont été refoulés - bien qu'ils aient été "tolérés" sous la forme des vierges noires.

Les contes compensent en général la conception reigieuse orthodoxe et conformiste, en mettant en scène l’aspect très obscur de la femme.

La figure féminine y est souvent fille du diable ou en proie à un démon. Cela est dû au fait que, dans les pays chrétiens - et musulmans - il n’y a plus de déesse. L’ancienne déesse-mère est tombée dans l’oubli, dans l’inconscient, où elle est devenue menaçante et malfaisante. 

Le culte de Marie est prédominant au 13è siècle: c'est l’époque où les hommes ont projeté leur féminin intérieur sur cette figure divine maternelle. Mais en même temps, ils ont cessé de la projeter sur des femmes individuelles, comme auparavant sur la "Dame" des chevaliers. 

Ce conditionnement collectif n’a malhteureusement pas aidé les hommes à accepter la femme dans sa totalité, avec ses aspects lumineux et obscurs.

Dans ce conte, l’aide va provenir d’un vieil homme musicien, qui apprend au héros à lutter contre la femme destructrice, à la sauver et la racheter. 

Lire la suite

Destin de femme: Femme-guide - "Les 3 plumes"

Princesse et grenouille dans forêt

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DES "3 PLUMES" (conte de Grimm)

 

Il était une fois un roi qui avait trois fils: deux d’entre eux étaient vifs et intelligents, mais le dernier parlait peu, était simple d’esprit, et on ne l’appelait pas autrement que le "Nigaud". 

 

Le véritable héros de ce conte est le "nigaud": en réalité, il est un "anti-héros" qui n’accomplit pas d’actions héroïques ni ne combat, mais gagne de manière passive. C’est le féminin qui l’aide lors de chacune de ses épreuves, et c’est ainsi qu’il conquiert la princesse et le royaume. 

Même s’il paraît stupide, il n’est l’est pas vraiment: il est seulement spontané, naïf et simple. Il prend les choses telles qu’elles sont, acceptant la réalité.

Sur le plan psychologique, le héros est un symbole de renouvellement, de changement, un principe vital nécessaire pour le rétablissement d’une situation saine, non névrosée, équilibrée. Il montre la manière juste d’agir face aux épreuves et difficultés, ce qui donne sens à sa vie. 

Dans les contes, le "nigaud" réussit souvent là où les autres, plus "intelligents", échouent, car il fait ce qui doit être fait et s’adapte aux circonstances. Il se situe à l’opposé de ses frères, figés et rigides, qui n’ont pas la souplesse nécessaire pour agir à bon escient, à tel point qu’ils finissent par ne rien faire et par échouer. 

Sur le plan psychologique, ils résistent au changement, à la transformation. Et cette résistance provoque une névrose, un conflit intérieur aboutissant à une situation bloquée. 

Cela survient aussi sur le plan collectif, quand toute une société résiste à un changement important.

 

Homme rouge brandissant épée-Peinture

Lire la suite