ombre

Destin masculin: L'homme et son double - "Fernand-Loyal et Fernand-Déloyal"

Jumeaux-Jules Breton

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "FERNAND-LOYAL ET FERNAND-DÉLOYAL" (conte de Grimm)

 

"Fernand-Loyal et Fernand-Déloyal" développe avec finesse le motif des "deux compagnons de route" opposés - l’un loyal et l’autre déloyal. Ils représentent le conflit entre les opposés en soi, et posent donc le problème de l’ombre masculine.

Ce thème très ancien est illustré par de multiples versions qui remontent à une histoire juive du 12è siècle. Un rabbin, Johannan, doit découvrir et ramener une fiancée au Roi Salomon. Le personnage déloyal n’est pas un homme, mais la femme du rabbin qui est cupide et sera tuée. Cette histoire existe dans tous les pays européens. 

Universelle et archétypique, elle est toujours structurée de la même manière: l’homme loyal doit servir le roi et accomplir des exploits pour lui. Mais, il est sans cesse piégé et entravé par un personnage jaloux et déloyal. 

Sur le plan psychologique, c’est ainsi que se manifeste l’ombre chez l’homme. Dans ce couple d’opposés, l’un est l’ombre de l’autre, qu’il soit positif ou négatif. 

Si l’on est négatif consciemment, on porte la lumière dans son inconscient, même si elle n’est pas éveillée. Il existe des cas de conversion spectaculaire d’hommes qui ont mené une vie dissolue, destructrice ou criminelle et se sont transformés en saints. Ils ont intégré leur ombre et se sont ainsi unifiés, devenant eux-mêmes.

La littérature est truffée de personnages de "doubles" qui représentent les deux aspects d’un homme: Don Quichotte et Sancho Pança, Don Juan et Sganarelle; dans l’Antiquité, les célèbres jumeaux Romulus et Rémus, fondateurs de Rome, Castor et Pollux, etc.

Lire la suite

Destin de femme: Rencontre avec la sorcière - "Wassillissa"

 

Vassilissa et la sorcière

 

ÉLÉMENTS D’ANALYSE DE "WASSILISSA" (conte russe)

 

Dans un lointain royaume vivait un marchand qui avait une femme et une fille très belle appelée Wassilissa ("petite reine"). Lorsque l’enfant eut 8 ans, la mère tomba gravement malade. Elle appela auprès d’elle Wassilissa, lui donna une poupée en lui disant: «Ma chère enfant, écoute mes dernières paroles et ne les oublie pas. Avant de mourir, je te donne ma bénédiction et cette poupée. Garde-la toujours avec toi, ne la montre à personne, et si tu es en difficulté, donne-lui à manger et demande-lui conseil.»

Lire la suite